La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour avril, 2017

L’escapade du dimanche

Posté : 30 avril, 2017 @ 9:17 dans Chemin, Côté Arts, Histoires de Coeurs, Vidéos & Cinéma | 1 commentaire »

.

.

De la danse et des pixels.

Au départ, l’on ne voit que la danse, souple, déroulée,

alliée à la puissance de la technique

en un jeu de lumières, de lignes et de pointillés.

Puis le décor prend sa place. Il l’occupe. Il vit.

Ensuite, c’est la musique qui nous embarque.

Cet ensemble plein de poésie fait poindre en nous l’émotion.

Jusqu’à percevoir que tout cela nous parle,

jusqu’à comprendre que ce spectacle raconte une histoire.

Celle de l’humain. celle de la vie.

Un précieux moment de pure émotion,

extrêmement touchant….

mm

(volume son et plein écran conseillés)

.

Plein de souvenirs… au revoir Ami…

Posté : 29 avril, 2017 @ 10:17 dans Chemin, Histoires de Coeurs | Pas de commentaires »

.

COEUR GROS

.

BOUGIE

.

Un livre à tiroirs…

Posté : 28 avril, 2017 @ 10:08 dans Chemin, Ensemble, Société & Actu., Spiritualité, Un livre | Pas de commentaires »

.

ZEN

.

Dans un monde acceptable, un monde humain, un monde fait pour l’homme, le moi progressivement baisse sa garde. C’est là une règle simple qu’en construisant notre monde selon nos besoins, et non selon des fascinations abstraites, nous serions sages d’appliquer.

En l’absence d’objet, l’esprit revient naturellement à sa nature de pureté originelle ; lorsque l’esprit ne s’arrête nulle part, alors apparaît le véritable esprit.

Le sans-pensée du Zen, il faut le préciser, n’est pas une suspension de l’esprit dans le vide, une fixation dans le sans-notions. Ce sans-penser est un détachement et un retour à la spontanéité, il est dynamique, on peut le concevoir comme une réintégration dans le Tao, c’est-à-dire le mystérieux courant créatif qui – selon une cosmogonie non pas linéaire et historique, mais circulaire et permanente – anime toute chose.

Les affects et les concepts que nous avions solidifiés pour configurer la notions d’un moi face à un monde, lorsque le monde lui-même devient une absence, un simple cercle, d’eux-mêmes s’atténuent, perdent de leur puissance opérative. Dans la paix qui s’installe, cependant, l’illusion cognitive fondamentale est réduite mais n’est pas automatiquement éradiquée – d’où la difficulté des retours dans le monde des hommes. Sa destruction serait ce que le bouddhisme Zen nomme éveil. 

Antoine Marcel : Zen et connaissance – Vers une écologie spirituelle.

Extrait, annexe II, dernières pages, dernières lignes.

Editions Oxus/Piktos

§§ 

Un ouvrage où le Zen oriental et la connaissance occidentale se font face, se regardent, s’observent, s’expliquent, et… se rejoignent.

En début de lecture il m’a fait l’effet d’une improbable rencontre entre un illustre savant et un ermite philosophe. Puis, au fil des pages, l’esprit de l’ouvrage se dévoile, nous emmenant en un voyage presque cosmique, sur un chemin quasi initiatique.

Un livre à relier entre eux les gens… une belle oeuvre, donc – même si la lecture en est quelque peu parfois ardue… 

             mm

s

Prisonniers…

Posté : 27 avril, 2017 @ 2:38 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

PRISON

.

Alors que je passais la porte en direction de ma liberté,

je savais que si je ne laissais pas toute la colère, la haine et

l’amertume derrière moi, je continuerais à rester en prison. 

Nelson Mandela

P

… qu’il s’agisse de nos prisons de pierres et de clôtures,

ou bien de ces prisons mentales que nous nous fabriquons

nous-mêmes en nos têtes et dans nos cœurs.

Nous ne pourrons (re)trouver le chemin de la lumière

qu’en y laissant nos chaînes et nos fardeaux…

            mm

 

L’Image du Jour. De la semaine, de l’année, de tous les temps…

Posté : 26 avril, 2017 @ 8:25 dans Chemin, Ensemble, Images, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

SIGNES PARTICULIERS

.

Comprendre, pour aimer. Aimer, et comprendre.

Posté : 25 avril, 2017 @ 5:45 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

FAMILY

.

Lorsque vous comprenez, vous ne pouvez pas faire

autrement qu’aimer.

Vous ne pouvez pas vous mettre en colère.

Pour développer la compréhension, vous devez vous exercer

à regarder tous les êtres vivants avec compassion.

Lorsque vous comprenez, vous aimez.

Et lorsque vous aimez, vous posez naturellement des gestes

qui peuvent soulager les gens de leur douleur. 

Thich Nhat Hanh

=n=n=n=

“Vivre, c’est aimer. Aimer, c’est comprendre. Comprendre, c’est partager. Partager, c’est donner. Donner, c’est aimer. Aimer, c’est vivre.”

Vivre, c’est aimer, aimer c’est comprendre…

Et vivre, parfois, souvent même, c’est comprendre… qu’il n’y a rien à comprendre…

          mm

.

Lendemain de la veille. Symbole.

Posté : 24 avril, 2017 @ 2:51 dans Chemin, Images, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

ECLORE

.

L’escapade de ce dimanche…

Posté : 23 avril, 2017 @ 8:48 dans Chemin, Ensemble, Vidéos & Cinéma, Zique | Pas de commentaires »

.

Image de prévisualisation YouTube

.

Parce qu’il faut toujours y croire.

Même si l’espoir parfois s’endort,

il n’est jamais tout à fait mort.

Imagine.

Imaginons…

Imagine all the people…

all around the world…

comme s’unissent ces artistes

autour de ce morceau mythique,

et plus que jamais d’actualité…

mm

.

A demi…

Posté : 22 avril, 2017 @ 10:11 dans Chemin, Citations & Pensées, Images, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

.

ecouter.jpg

.

En se parlant à demi-mot,

nous pourrions ne nous comprendre qu’à moitié…

.

Distrayant, et riche à la fois.

Posté : 21 avril, 2017 @ 9:57 dans Chemin, Pour du mieux, Un livre | Pas de commentaires »

.

MOINE ZEN

.

Autrefois, en certaines contrées d’Asie, la coutume voulait que l’on nettoie les pommes de terre, à peine arrachées, en les plongeant dans une bassine, et en agitant vigoureusement l’eau avec un bâton.

Les pommes de terre s’étrillaient ainsi l’une l’autre, et faisaient leur toilette mutuelle.

Cette image est un symbole.

Au contact d’autrui, nous décrassons notre âme et vannons nos défauts.

Rien ne résiste longtemps au voisinage de nos frères. On le sait bien dans les monastères zen. 

L’orgueil, et sa sœur la vanité, l’imprudence, la sottise, les manies, la mauvaise foi, la distraction, le bavardage ou le mensonge, tout est bientôt décrotté, et nos vices se détachent de nous comme des plaques de boue…

Parole d’un moine zen 

Humour Zen – extrait.

Henri Brunel

Editions Calmann-Lévy

§

Un petit livre délicieux – parfois drôle et parfois plein de justesse, touchant à chaque page – qui m’a été offert tout récemment par ma fille, et qui provenait de la riche provision que nous avons faite toutes deux, ainsi que les petits, à la dernière Foire aux Livres d’Amnesty.

Ces Foires aux Livres sont précieuses, d’abord pour ce bon temps qu’elles nous font passer, le nez dans ces odeurs de papiers vieillis qui racontent déjà une histoire, à feuilleter tous ces ouvrages jamais rencontrés, de toutes sortes et de toutes époques, traitant des sujets les plus variés, avec la récompense d’en dénicher ici ou là de fort précieux, à nos yeux en tout cas. Avec l’idée qu’ils ont fait avant nous un long voyage sans doute, et qu’en plus ils nous racontent en silence tout ce qu’ils ont vécu avant que nous les adoptions…

                mm

.

123
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR