La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Re-construire. Et re-naître.

Classé dans : Chemin,Citations & Pensées,Méditation & Réflexion Personnelle — 8 août, 2017 @ 16:35

.

RE-CONSTRUIRE

.

Et ce, malgré les démolisseurs patentés

qui font le chaud et le froid

autour de toi, à tour de rôle, comme si te voir passer

de l’espoir au désespoir était leur mission dans ta vie…

Oui, on se reconstruit, on se reconstruira,

oui, tu te reconstruiras,

un peu bancal un peu tordu après les coups,

mais debout. Debout à l’intérieur de toi.

mm

.

4 commentaires »

  1. Anne dit :

    Que tu as raison!! J’ai perdu mon mari il y a 1 an 3/4 (je compte en mois) et j’ai su voir passer le bonheur … dans un train que je prenais et que prenait un autre homme avec qui je vis depuis 10 mois; c’est le bonheur, mais certains n’acceptent pas, médisent, etc… . Moi, j’ai eu cette chance, et si cela ne dire pas aussi longtemps qu’avec mon mari, ma rencontre aura changé ma vie…et la sienne, et celle de ma famille proche. On ne choisis pas tout, je n’ai rien cherché, rien choisi, jamais espéré, mais j’ai eu foi dans la vie! tout simplement

    • Foi dans la vie… tout simplement, pourrait-on dire, mais on voit souvent que ce n’est pas simple pour tout le monde.
      Et pourtant. Nous devrions savoir que le bonheur n’a pas d’agenda, qu’il n’a pas de montre ni de boussole, pas de mètre ruban ni de rapporteur, pas de pendule ni de calendrier… Le bonheur n’a pas de timing. Quand il tape à la porte, c’est que c’est l’heure, son heure, et donc la nôtre.
      Etre heureux n’a jamais rien enlevé à personne, au contraire, ceux qui nous aiment en sont heureux par ricochet.
      Laissons donc les grincheux ronchonner, Anne, ils ne savent pas se réjouir du bonheur de l’autre, dommage, ils se privent eux-mêmes de ce bonheur-là, ils sont bien malheureux…
      Profite de chaque instant, ces moments-là t’appartiennent…
      Je suis très heureuse d’avoir reçu ton message, heureuse de l’avoir lu, et de l’avoir ressenti, merci pour ce partage !
      Je t’embrasse, prends soin de toi
      Amitié
      @+ michelle

  2. brindeliberte dit :

    Avoir foi dans la vie peut être difficile surtout après avoir passé des épreuves…
    Moi je n’ai pas vécut beaucoup de choses difficiles mais j’ai du mal à avoir foi en la vie…
    J’ai l’impression que le temps court. Je ne vois pas la vie défiler, mais je ne vois que le temps courir. Le temps me regarde et m’observe, îl me met des barrières.
    J’aimerais partir quand je veux et ou je veux sans que le temps ne me dicte sa loi, j’aimerais partir sur un coup de tête et revenir quand j’en ai envie, mais le temps me dit : non tu travailles la semaine prochaine alors si tu fais quelque chose tu le fera entre samedi et dimanche ou alors tu attendras tes prochains congés. Nan je ne veux pas attendre, je ne veux pas que le temps me dicte sa loi, j’aimerais pouvoir partir ou je veux quand je veux sans avoir de limite de temps pour revenir…

    Je penses tellement en ce moment, ma tête est tellement pleine que j’ai du mal exprimer ce que je veux dire et j’en suis désolée…

    Il est parfois difficile de mettre des mots sur ses maux.

    • Oui c’est difficile, parfois, chère Lucie, d’approcher la confiance, lorsque nous nous sentons perdus, seuls…
      Vous exprimez cela très bien. Vos mots disent cela très bien.
      J’avais moi-même perdu toute confiance, à l’égard de tout et de tous, tellement déçue durant ma petite enfance par les adultes autour de moi…
      Il a fallu des épreuves, des souffrances, jusqu’à toucher le fond, pour un jour découvrir que le salut se trouvait dans l’abandon de soi, dans la confiance, autrement dit dans la foi, autrement dit dans l’amour.
      Il fallut alors (re)construire, et ce fut toujours beaucoup moins difficile que de souffrir.
      Pour peu à peu, millimètre après millimètre, un jour à la fois et jour après jour, retrouver un peu de confiance, un peu de foi, un peu d’amour.
      Il faut un jour s’abandonner et lâcher prise pour enfin entrevoir tout cela. A l’égard de l’autre, de la vie, du cosmos, de qui l’on veut.
      Il y a une phrase – parmi toutes celles rencontrées en chemin – qui m’y a beaucoup aidée : lâcher prise, s’ouvrir l’esprit, poser des actes, et (se) confier.
      C’est ainsi que j’ai découvert que j’avais le choix, le choix de mes décisions, le choix d’ajuster les voiles de mon embarcation, même si je ne peux rien contre le vent qui la déplace.
      Nous avons besoin de penser, c’est certain, mais nous devons aussi y joindre la parole et le geste. Sans cela peu à peu nous nous enfermons dans nos pensées en boucle.
      Merci de votre passage par ici ! Vous êtes la bienvenue !
      Amicalement
      @+ michelle

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR