La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

A force de mensonges…

.

REFLEXION--

.

Entendu aujourd’hui : On ne ment pas à ceux qu’on aime. 

Qui me donne envie de dire également : on n’aime pas ceux à qui l’on ment !…

Je ne parle pas du mensonge pour ne pas faire de peine.

Ni de celui par omission – ou non, qui pourrait compromettre quelqu’un d’autre que soi.

Ni du petit mensonge qui ne prête pas à conséquences, même s’il semble futile.

Non je parle du mensonge construit, élaboré, calculé.

Qui finira toujours un jour ou l’autre par se découvrir.

Qui fera ce jour-là beaucoup de peine, à cause du manque de confiance.

Ou par ce qu’il nous aura écarté, mis de côté, exclu.

Par ce qu’il nous aura qualifié d’étranger, c’est-à-dire celui qui ne comprend pas, qui n’est pas de notre monde, qui n’a pas besoin de savoir. Celui qui n’est pas aimé.

Le mensonge, surtout s’il est répétitif, finit par être corrosif dans nos relations.

Il les use, il les ronge, il les rogne, il les gomme, il les sape, il les consume, il les tue, à petit feu.

Jour après jour.

Jusqu’au jour où l’on s’éveille, détachés, étonnés, mais devenus totalement étrangers l’un à l’autre.

                  mm

.

Quand on s’aperçoit qu’on nous a menti,

réaliser qu’on ne valait pas la vérité

est pire que le mensonge. 

Auteur inconnu

.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR