La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Citations & Pensées'

Quai de gare

Posté : 4 février, 2010 @ 8:08 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs | 2 commentaires »

surlequai.jpg

« Une gare est le plus bel endroit pour des retrouvailles,

parce que c’est normalement le lieu des séparations.

En se retrouvant dans une gare, on a l’impression

de conjurer le mauvais sort. »

Daniel Poliquin (extrait des Visions de Jude)

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Eh oui ! encore un quai de gare…

Mais c’est une gare sympa : une où les trains arrivent !!!

Bien plus joyeuse et fréquentable que celle d’où ils partent.

Là je termine de m’habiller le coeur…

… y a d’heureux moments qui se préparent,

y a du bonheur et de l’amour qui arrivent tout à l’heure, 

12 heures 17, voiture 8, voie C,

éloignez-vous de la bordure du quai…

Gare… gare à toi, cheminot ! y a le trésor d’une maman dans ton TGV…

.

Couleur de gare, d’arrivée, de départ ?

Sépia, j’aime beaucoup cette couleur, particulièrement pour une gare…

.

Ce que me conte aujourd’hui mon petit lutin…

Posté : 3 février, 2010 @ 10:02 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs | 1 commentaire »

lutin.jpg

« Je suis un jour entré dans un lien où chaque parole de l’un était recueillie sans faute par l’autre.

Il en allait de même pour chaque silence.

Ce n’était pas cette fusion que connaissent les amants à leurs débuts et qui est un état irréel et destructeur.

Il y avait dans l’amplitude de ce lien quelque chose de musical et nous y étions tout à la fois ensemble et séparés, comme les deux ailes diaphanes d’une libellule.

Pour avoir connu cette plénitude, je sais que l’amour n’a rien à voir avec la sentimentalité qui traîne dans les chansons et qu’il n’est pas non plus du côté de la sexualité dont le monde fait sa marchandise première- celle qui permet de vendre toutes les autres.

L’amour est le miracle d’être un jour entendu jusque dans nos silences, et d’entendre en retour avec la même délicatesse : la vie à l’état pur, aussi fine que l’air qui soutient les ailes des libellules et se réjouit de leur danse. »

Christian Bobin,  Ressusciter

.

Paisible. Couleur du ciel du jour.

.

Vulnérabilité…

Posté : 2 février, 2010 @ 12:42 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 3 commentaires »

edouardboubat.jpg

On ne vit pas quand on est intouchable. La vie c’est la vulnérabilité.

Edouard Boubat

(Citation et photos)

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Vulnérable donc touchable. Touchable donc vivant. Effectivement.

Nos vies sont tissées de rencontres elles-mêmes tressées d’émotions.

D’émotions qui se sont connectées sans que nous le voulions, comme par-dessus nos têtes.

Qui ont relié nos imaginaires, nos histoires, nos parcours, nos sensibilités, nos fibres, au-delà de nous-mêmes, jetant entre nous ce pont qu’il nous est toujours laissé d’ignorer ou d’emprunter.

Rien ni personne n’est insignifiant, puisqu’il nous est permis de vivre de ces rencontres que l’on finit par voir comme coulant de source, comme si nous devions nous rencontrer pour tant nous ressembler, comme s’il ne pouvait en être autrement puisque nous nous sommes reconnus bien avant de nous être rencontrés.

Deux regards, deux âmes, se rencontrent, s’accrochent un instant qui s’imprimera en eux comme l’éternité, peu importe la suite.

Car ensuite la vie suit son cours, les chemins se déroulent sous les pieds, rapprochant ou éloignant les êtres. Dans le crissement des émotions, le frémissement des coeurs qui se parlent, l’éclosion des sentiments tendres ou violents. 

Je sais bien que je n’ai pas véritablement le choix.

Mais je préfère être touchable, quitte à en être écorchée, surexposée, vulnérable.

Parce qu’au moins je perçois, je ressens, et je crisse et je vis.

Comme dit Bashung, quand je vais mal c’est que je vais bien, parce qu’avant je ne sentais plus rien…

Et quand je vais bien… c’est du vrai bien, pas du factice ni de l’illusion, du vrai vrai bien…

.

boubat.jpg Du noir et blanc pour aujourd’hui, parce que la vie n’est pas toujours en technicolor, et puis parce que c’est ainsi le plus souvent que les photos me parlent. Mes ami(e)s photographes le savent, pas vrai ?

.

Ils ont dit…

Posté : 31 janvier, 2010 @ 10:49 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

argile.jpg

Qui suis-je ?…

Laisse de côté les questions.

Je suis une esquisse à la recherche

des couleurs qui la feront exister.

Si tout ce qui fut n’avait pas été

ma plume aujourd’hui n’aurait pas tremblé

mon coeur aujourd’hui serait

désert froid figé.

Nizar Kabbani

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Qu’importe de savoir qui et comment je suis ?

Qu’importe de me classifier parmi l’espèce ?

Qu’importe de poser des étiquettes dans des cases ?

Comme tout un chacun,

je suis celle que je suis, aujourd’hui, et je vais mon chemin,

et je découvre sans chercher, m’émerveille et m’étonne, puis vais un peu plus loin.  

J’aurais pu être mille autres et ne pouvais être que moi.

Je ne suis qu’un peu du terreau millénaire, qu’une poignée d’argile,

façonnée par la vie, les rencontres, les chemins que j’ai empruntés.

Une poignée d’argile qui s’allie à toutes les autres poignées d’argile,

Pour être toutes ensemble pétries, malaxées, broyées, mélangées,

et pour qu’au bout du compte la statue, la pose,

l’expression, la figure, ressemblent quand même un peu à quelque chose

d’humain.

Soljenitsyne disait qu’ainsi l’humanité peut se sortir de tous les abîmes…

.

Couleur des ptites violettes qui éclosent partout le long des murettes.

.

Nouvelle gare, nouveau train, nouveau départ…

Posté : 28 janvier, 2010 @ 10:09 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs | 3 commentaires »

partir.jpg

J’ai fait de plus loin que moi un voyage abracadabrant

il y a longtemps que je ne m’étais pas revu

me voici en moi comme un homme dans une maison

qui s’est faite en son absence

je te salue silence

. 

je ne suis pas revenu pour revenir

je suis arrivé à ce qui commence.

Gaston Miron, L’homme rapaillé

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Tu viens de vivre une des premières mues de ton coeur.

Rassure-toi toutes ne seront pas aussi douloureuses.

Ou alors tu auras oublié le mordant de la précédente douleur.

Demain tu repartiras un peu joyeuse

Tu as déposé un gros bout de ton fardeau dans mon ptit bout du monde, laisse-le donc ici.

Tu as bien assez de bagages. Je te vois plus légère tu souris tu construis

Tout en toi dit ta fraîche envie d’être heureuse

Timidement, discrètement, doucement, encore craintivement, mais déjà tu le dis.

Va vers la fête, vers tes amis, c’est le rire qui t’attend aujourd’hui

et des demains pleins de rencontres, de découvertes, pleins de vie.

Continue, avance, bouge, vis ma toute belle !

Ce n’était qu’une erreur d’aiguillage, qu’une gare, qu’un arrêt, à nouveau ton train est à quai !

Et reviens te poser dans ma chaumière quand tu veux !

Moi je garderai au coeur beaucoup de bonheur de ces quelques jours avec toi…

Beaucoup de tendresse et de douceur, nous avons une belle chance de nous avoir !

Grâce à toi je suis allée revisiter un bout de mon enfance

et les refuges-coins de paradis que m’offraient mes grands-mères,

quand moi aussi j’avais le coeur gros et les yeux pleins de larmes.

Grâce à toi je suis allée revisiter des bouts de mon passé,

quand là aussi j’ai consolé ta maman, mon enfant, de ses gros gros chagrins.

Grâce à toi j’ai pu aller chercher en moi les mots qui allaient t’aider te réconforter te toucher te parler

sans que ces deux générations ne parviennent à nous séparer, et même mieux, nous joignent.

Des maillons des chaînons, mis bout à bout pour former le filin de nos vies, légère chaînette de nos tendresses…

Tu viens de m’offrir un très précieux cadeau. Merci ma princesse.

.

Couleur princesse. Couleur tendresse.

.

Aimer, c’est quoi ?…

Posté : 26 janvier, 2010 @ 9:13 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs, Méditation & Réflexion Personnelle | 2 commentaires »

aimer.jpg

« Aimer c’est veiller sur la solitude de l’autre sans prétendre la combler. »

Arouna Lipschitz

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞  

Aimer c’est accompagner, partager.

Aimer c’est aussi parfois savoir laisser l’autre s’en aller, savoir s’éloigner, sans cependant vouloir se perdre à jamais.

Aimer c’est passer de la théorie à temps partiel à la pratique à temps complet.

Aimer, c’est… aimer d’abord. Sans parce que ni pourquoi, sans comment ni combien.

.

Et pour toi, pour vous, aimer… c’est quoi ?

.

Grand soleil aujourd’hui, la forêt et la montagne et les vallées ont la mine réjouie !

Suis toute joyeuse moi aussi !

Ma ptite princesse dort dans mon lit, quelle fraîcheur, quelle gaîté, quel bonheur de t’avoir à la maison, toi et tes dix-neuf ans, pendant ces quelques jours ! Garde longtemps cet air émerveillé, malgré les tristesses inévitables, malgré les accidents de la vie dont tu es déjà meurtrie, je te le promets, ma petite-fille, la vie sait être belle, il y a encore des milliers d’étoiles qui se préparent à saupoudrer ton chemin de lumière…

Couleur d’or et de lumière pour aujourd’hui…

. 

Souvenirs, souvenirs… mémoire de nos mémoires…

Posté : 25 janvier, 2010 @ 11:25 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 3 commentaires »

souvenirs.jpg

Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c’est le présent tel qu’il a survécu dans la mémoire humaine. 

Marguerite Yourcenar

La mémoire, c’est l’imagination à l’envers.

Daniel Pennac

La mémoire rend les êtres et les lieux impalpables.

Dominique Blondeau

Rien n’est plus agaçant que de ne pas se rappeler ce dont on ne parvient pas à se souvenir,

et rien n’est plus énervant que de se souvenir de ce qu’on voudrait parvenir à oublier.

Pierre Dac

La mémoire est une fiction. Elle est comme une mosaïque, faite de tessons.

José Carlos Llop

La mémoire est aussi menteuse que l’imagination, et bien plus dangereuse, avec ses petits airs studieux.

Françoise Sagan

Ce que les hommes vous pardonnent le moins, c’est le mal qu’ils ont dit de vous.

André Maurois

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞   

La mémoire aime à nous jouer des tours… 

Elle semble endormie ou tarie, et elle sourd de nos fibres comme une source impétueuse, là où on ne l’attendait pas, l’air de sortir de nulle part, de rien ou pas grand-chose, d’un parfum, d’une lumière, d’une musique, d’un brin d’herbe, puis elle repart comme elle est venue, s’effilochant dans la brume, ne nous ayant presque rien révélé.

Elle ne nous livre dans son fouillis que quelques bribes de ce que nous voudrions attraper, nous proposant ce puzzle mouvant et incomplet, réveillant des sensations presque impossibles à décrire, qui nous aideraient pourtant à nous replacer dans nos véritables contextes d’alors. Mais c’est peut-être aussi bien. Qui sait si cette incontrôlable sélectivité de notre mémoire n’est pas aussi parfois notre salut ? Puisque nous avons survécu, avons-nous besoin d’aller re-souffrir ? d’aller re-mourir ?

Elle sait aussi se faire refuge, où nous recroqueviller, nous protéger de la grande souffrance qui nous atteint parfois. Aller nous replonger un peu dans le sucre d’orge pour pouvoir à nouveau affronter en l’acceptant l’ambiance décapatante du moment. 

Elle est également ce petit théâtre dans lequel on peut faire jouer à l’envi ses souvenirs, dans les rôles que parfois nous leurs assignons, pour qu’ils nous jouent exactement la musique que nous avons envie d’entendre, pour qu’ils nous racontent les choses telles que nous aurions voulu, nous aurions aimé, nous aurions préféré, qu’elles se fussent déroulées.

Elle est notre compagne de nos jours d’aujourd’hui, tantôt pesante, tantôt légère, mais elle doit apprendre, parfois douloureusement, à rester à sa place, car elle peut parvenir à nous emprisonner, nous paralyser, nous endormir, nous ensevelir, jusqu’à nous empêcher de vivre ou de respirer, et de cela, sans jeu de mots, je m’en souviens, fort bien

Aujourd’hui ? Couleur myrtille, il paraît que c’est bon pour la mémoire…

.

De la musique !… avant (et avec) toute chose !

Posté : 23 janvier, 2010 @ 10:50 dans Chemin, Citations & Pensées, Insolite, Zique | 3 commentaires »

ocean.jpg

 L’eau parle sans cesse

 et jamais ne se répète.

Octavio Paz

.

Quelques minutes d’insolite évasion… juste 8 sur le lien & mettre le son :

Fhttp://www.youtube.com/watch?v=a429fwQejmA 

. 

Il y a de la musique dans le soupir du roseau.

Il y a de la musique dans le bouillonnement du ruisseau.

Il y a de la musique en toutes choses,

si les hommes pouvaient l’entendre.

George Gordon, Lord Byron, extrait de Don Juan

.

Couleur précieuse de l’eau et de la musique réunies. Turquoise

.

Sors…

Posté : 22 janvier, 2010 @ 10:38 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs | 2 commentaires »

printemps.jpg

On n’accuse jamais

sans quelque peu mentir.

Proverbe chinois.

.

Et. Sans quelque peu se mentir…

Sors de ta bulle, sors de toi, de cette prison que tu t’es construite, brise ce miroir trompeur, va voir le monde, va voir la vie qu’il y a dehors, et la joie et la tristesse, et les drames, et les grands bonheurs et puis les grands malheurs…

Et tu verras, peut-être, de quelle taille précise sont tes malheurs.

Et tu cesseras, peut-être, d’accuser et d’entretenir cette malsaine rancune.

Et tu consentiras, peut-être, à fouiller dans tes mauvais souvenirs.

Et tu essaieras, peut-être, d’entrouvrir ton coeur.

Et tu te dirigeras, peut-être, vers la fin de cette inepte souffrance.

Regarde, respire, hume, effleure, découvre, vois, ta vie est là, qui t’attend derrière la porte.

Ne la laisse pas s’en aller.

Car un jour, celui à qui l’on a fermé la porte au nez ne sera plus derrière elle, lorsqu’on ouvrira cette porte à nouveau.

.

On ne peut empêcher les oiseaux de malheur

de voler au-dessus de nos têtes,

mais on peut les empêcher

d’y construire leur nid.

C’est un autre proverbe chinois…

.

Couleur de violette, la ptite violette qui pousse n’importe où, entre deux pierres, presque sans terre, dans les cailloux…

.

 

« Dis, dessine-moi un soleil… »

Posté : 20 janvier, 2010 @ 11:08 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 1 commentaire »

soleil1.jpg

Il y a des êtres

qui font d’un soleil

une simple tache jaune

mais il y en a

aussi

qui font d’une simple

tache

jaune

un véritable soleil.

Picasso

.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Tiens, prends, il est à toi, le voilà ton soleil… couleur de soleil, pour en mettre partout, dans la maison, dans les placards, dans le jardin, sur les trottoirs, et dans les yeux pour éblouir les coeurs engrisaillés, pour réveiller les regards embrumés, et faire éclore des sourires à chaque petit ou grand virage de la vie, et nous faire oublier la grande monotonie, ou la voracité de nos chagrins enfouis, et réchauffer nos épaules transies, et nous faire oublier sans oublier cependant, parce que la vie est comme ça, terrifiante et merveilleuse, rien que parce qu’elle vit.

Couleur de grand soleil aujourd’hui, pour panser tes blessures, oublier la froidure qui s’abat aujourd’hui sur tes rêves, et envelopper d’espoir ton craintif et timide regard.

Déploie tes ailes, le soleil va les ranimer, et tu repartiras vers de nouvelles contrées, tes pieds fouleront l’inattendu, tu iras de découverte en découverte, à la rencontre de l’autre, à la rencontre de toi.

.

Couleur de soleil. sun.jpg

Pour toi. Et pour tout le monde. Parce qu’on peut le dessiner très grand le soleil.

.

1...136137138139140...147
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR