La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Gratitude'

Diamant

Posté : 10 décembre, 2009 @ 9:47 dans Chemin, Gratitude, Méditation & Réflexion Personnelle | 1 commentaire »

diamanr.jpg

N’oublions jamais qu’un diamant

est un bloc de charbon

qui a lutté contre des températures extrêmes,

de très fortes pressions

et qui avec constance a traversé le temps.

.

J’ai l’immense chance de connaître certains de ces êtres qui parfois comme ces diamants ont traversé de ces difficultés qui semblent pourtant insurmontables, pour aujourd’hui étinceler de leur lumière généreuse, de ces « êtres de lumière » qui réchauffent le coeur et réconfortent et consolent de bien des tristesses rencontrées en chemin…

.

Couleur précieuse pour aujourd’hui, couleur de lune et de soleil qui s’unissent dans les grains de sable de la vie, couleur du temps, ce vif argent…

.

Glané au bord du chemin…

Posté : 20 novembre, 2009 @ 10:42 dans Chemin, Gratitude, Méditation & Réflexion Personnelle | 3 commentaires »

serenitychinese.jpg

« La vie n’est pas toujours simple. Mais il nous arrive souvent de la compliquer plus que nécessaire. 

Chaque jour, de nouvelles circonstances se présentent. Les gens n’ont pas toujours les attitudes auxquelles nous nous attendons. Soit nous pouvons agir pour changer ces circonstances et ces attitudes, soit nous n’y pouvons rien.

Un des secrets du bonheur est de savoir faire la différence et d’accepter ce que nous ne pouvons pas changer… Mais la première étape est de s’accepter… soi-même !

Acceptez vos forces et vos faiblesses.   

Acceptez vos talents et vos défauts.

Acceptez vos succès et vos fautes. 

Acceptez la personnalité que vous avez développée. Acceptez votre pouvoir de guérir et de changer.

Acceptez-vous complètement, sans « si » et sans « mais ».

Acceptez votre vie et les leçons qu’elle vous offre. Acceptez vos erreurs – elles sont essentielles pour apprendre et grandir. 

Acceptez le pouvoir que vous avez de modifier vos émotions. »

(Source non-précisée)

Ce texte me ramène à une prière qui m’est chère, qui m’accompagne au quotidien, dans tous les domaines de ma vie, qui vient à mon secours quelles que soient les circonstances, que je récite parfois comme un mantra, et qui remet chaque fois le clocher au milieu du village et mes pendules à l’heure…

Mon Dieu, Donnez-moi la sérénité

D’accepter les choses que je ne puis changer

Le courage

De changer celles que je peux

Et la sagesse

D’en connaître la différence… .  

En souvenir de toi

Posté : 25 octobre, 2009 @ 11:54 dans Chemin, Gratitude, Histoires de Coeurs | 1 commentaire »

img184630.jpg

Consentir à l’absence 

     Comme l’on va à la fête…

Traverser la souffrance                   

     Comme on rejoint qui vous aime… 

Contempler l’invisible 

     Comme on apprend un visage…

Espérer l’impossible                   

     Comme on attend un message… 

Ecouter le silence 

     Comme on apprend un oracle…

Accueillir l’impuissance                   

     Comme on reçoit un miracle 

Regarder sa faiblesse 

     Comme on découvre une étoile…

Déployer sa tristesse                   

     Comme on envergue une voile… 

Présenter ses mains vides 

     Comme on élève une coupe…

Marcher en terre aride 

     Comme on approche une source… 

.

Fragment d’un texte cistercien…

.

En souvenir de toi, grande dame, grande d’âme, trop tôt partie de ce monde.

En souvenir de ces 24 heures, de cet étonnant huis-clos sous ton toit,

qui nous réunissait, trois femmes d’âges et d’horizons différents,

que rien n’aurait pu faire se rencontrer à part nos crissantes désespérances, nos insatiables soifs de tendresse, nos brûlantes blessures, et nos espoirs renaissants

En souvenir de nos récits, et de nos larmes et de nos rires mélangés ce jour-là.

En souvenir de toutes nos conversations, de tous tes mots, et ta sagesse,

En souvenir de tous nos souvenirs, tous ceux que tu me laisses,

En souvenir de tous tes souvenirs que tu offrais généreusement,

En souvenir de ton écoute, ton inconditionnel amour et de tous tes cadeaux,

En souvenir de tout ce que tu as apporté et donné sans compter,

Et de ta gratitude sous chacun de tes mots,

En souvenir de toi,

Parmi tous nos bouts de papiers que j’ai conservés : ce texte recopié chez toi ce jour-là,

et cette couleur tendre et presque indéfinissable,

celle que je ressens quand je visite mes souvenirs avec toi,

que tu disais trouver chaque fois que tu m’appelais, que tu aimais,

on va l’appeler, si tu le veux… couleur douceur.

.

Envie de gaîté…

Posté : 23 octobre, 2009 @ 11:35 dans Chemin, Gratitude, Zique | Pas de commentaires »

louisarmstrong1.jpg

… d’ailleurs je n’ai pas les moyens de m’engluer dans la tristesse.

Et dans la boîte à pansements pour bobos à l’âme, ce remède parmi mes favoris, pour délayer la grisaille et accrocher un sourire à son coeur.

Im-pa-rable ! 

Sûr, c’est mieux en coupant les téléphones, en s’installant dans son fauteuil favori, en mettant le son à l’ordi, et il faut juste cliquer sur le lien, décollage instantané :

F louisarmstrong.pps   (mettre le son)

Aucun effet indésirable, pas d’intolérance ni d’accoutumance.

Renouveler sans attendre, autant de fois que nécessaire.

.

Le choix

Posté : 17 octobre, 2009 @ 5:02 dans Chemin, Gratitude | 1 commentaire »

balance2.jpg

J’ai le choix de me réjouir du grand soleil radieux ou de ronchonner contre ce fichu mistral.

J’ai le choix d’accueillir gaiement une invitation à dîner ou de la considérer comme une corvée.

J’ai le choix de me délecter de ma flambée du soir, ou d’aller chercher mon bois en pestant et maugréant.

J’ai le choix de sourire du rire des enfants ou de les trouver trop bruyants.

J’ai le choix de me trouver bien loin, de tout, des miens, ou tout près d’eux par le coeur dans un coin de paradis.

J’ai le choix de déguster mon assiettée de légumes du jardin, ou de rêver de délicats mets de prix.

J’ai le choix de me voir fort peu argentée, pauvre et malheureuse, miséreuse et envieuse, ou riche de tout ce que j’ai vu, de tout ce que j’ai vécu, de tout ce que j’ai reçu, de mes voyages et de mes découvertes, de mes rencontres, mes amours et mes passions, et de mes souvenirs, de tout ce qui fait cette richesse intérieure invisible, impalpable et qui pourtant n’a pas de prix. 

J’ai le choix de pesamment me sentir seule ou me savoir accompagnée, habitée.

J’ai le choix de me dire rescapée ou diminuée. De me trouver chanceuse ou pleurnicher. De remercier ou  toujours plus réclamer.

J’ai le choix d’être enthousiaste ou indolente. Indifférente ou bienveillante.

J’ai le choix de m’ennuyer ou m’amuser. De rire ou de pleurer. D’écrire, de parler, de chanter, de tendre la main, plutôt que me lamenter et me fermer au monde.

J’ai le choix de détester. J’ai le choix d’aimer.

.

Et j’ai cette chance. Inouïe. De pouvoir choisir mon angle de vision. Et comme le commun des humains : de savoir aimer. 

. 

 

Un lundi comme un autre…

Posté : 12 octobre, 2009 @ 4:50 dans Chemin, Gratitude | 1 commentaire »

deslivres.jpg

Oui mais quand même, c’est que le lundi n’est pas ici tout à fait un jour comme les autres !

C’est le jour de la Bibliothèque.

Avec un grand B, oui.

Parce que cette Bibliothèque, elle vaut son pesant de cacahuètes.

Dans ce tout petit hameau qui abrite l’hiver à tout casser une soixantaine d’habitants tout mouillés (pourquoi mouillés ? parce que ça pèse plus lourd ! ;o)), dans ce tout petit hameau, donc, la Bibliothèque, c’est une institution !

Digne de figurer auprès des bibliothèques des gros villages et bourgs voisins. Très fournie, offrant un joli choix d’ouvrages de tous genres, j’y ai parfois découvert de petites pépites ! 

Et justement ce matin, c’était le déballage de plusieurs cartons de livres, offerts par une généreuse montagnarde d’adoption.

Je me suis jointe à nos deux bibliothécaires en titre pour découvrir avec elles ces ouvrages, il leur fallait les marquer, et leur trouver bonne place.

J’aime beaucoup, beaucoup, mes « lundis-bibliothèque ».

D’abord parce que je vais y chercher ma substance pour une ou deux semaines.

Parce que c’est toujours un moment privilégié… aller humer et puis toucher le livre, plein de promesses dès la couverture.

Parce que j’aime cette odeur qui y règne, de vieux papier, de vieille encre séchée, de buvard oublié, parce que le livre usagé il a une double histoire à raconter, il a son vécu lui aussi, comme nous, le même que celui qui fait notre richesse, et c’est aussi ce qui lui donne un autre prix.

Parce que j’y rencontre des amis, des amies, et que c’est l’occasion d’un moment-bonjour, d’un moment-sourire, d’un moment-partage… 

C’est chaque fois pour moi un rite plein de tendresse, que de me rendre dans notre Bibliothèque, c’est doux et joyeux, rien que de me mettre en marche à sa rencontre je suis contente déjà !

Elle se trouve au milieu du village (oui c’est un hameau mais on dit le village, un farceur a même peint le mot « Mairie » sur la porte de son poulailler…), elle se trouve près de la place où tout se passe, juste au-dessus du four communal, qui s’allume encore parfois, à temps partiel, pour que ces dames du village aillent y cuire leurs pains, leurs gâteaux, leurs tartes et tourtes et autres confits de toutes sortes.

Et nos deux bilbliothécaires sont drôlement contentes, car cet été, les bonnes volontés sont venues réparer et rénover ces deux pièces dont les murs à eux seuls racontent déjà toute une histoire… celle des générations de cévenols qui sont venus s’abriter dans ce coin de montagne, y accrocher leurs murs, leurs foyers, y planter les arbres nourriciers, y cultiver la pauvre terre, y élever leurs enfants, enterrer leurs parents, qui content aussi l’histoire des camisards traqués et révoltés, celle plus tard des maquisards déterminés, qui sont venus s’y réfugier, et l’histoire de celles et ceux qui sont là maintenant, qui revivent leurs souvenirs d’enfants en allant tranquillement sur le chemin de leur automne…

Alors la Bibliothèque elle sent bon le bois neuf de ces belles étagères, elle se fait toute belle et pimpante du coup !

Ce matin c’est le coin des livres pour enfants qui m’a frappée. Il y a de tout, des BD, des collections pour ados, pour fillettes, des livres en gros carton, ou animés, pour les tout petits, et un petit coin lecture aménagé pour eux, des coussins, des peluches, quelques jouets… ces enfants qui sont si rares ici, c’est formidable ça quand même ! faut avoir une belle foi pour entretenir un coin comme celui-là, comme on en voit dans les grandes médiathèques, à l’échelle du village bien sûr, quand on songe qu’il n’y a de petits enfants ici que pendant les vacances scolaires…

Je les aimais déjà beaucoup « mes » deux bibliothécaires, qui mettent de côté un livre pour l’une ou l’autre, qui se souviennent de notre écrivain préféré et du genre qui nous plaît, qui viennent à la maison quand elles n’ont pas vu venir l’une d’entre nous depuis longtemps, qui sont là fidèles au poste par tous les temps pour distribuer chaque fois, au mieux, une dizaine de livres, qui ont cet amour du livre et de l’autre, qui me répondent quand je leur propose de les aider que je ne suis pas encore assez vieille pour ça… je les aimais déjà beaucoup, oui, mais là aujourd’hui, devant ce petit coin pour les petits, si tendrement arrangé, tout prêt à les accueillir, qui ne viendront – peut-être ! - qu’aux vacances de la Toussaint, j’ai eu envie de les serrer dans mes bras…

Et en sortant de la bibliothèque, mes livres sur les bras comme après une remise de prix pleine d’émotion, j’ai été cueillie par la vue sur les montagnes qui se détachent tout en jeu d’ombres et de reliefs, avec au premier plan un lampadaire, le toit d’une maisonnette et son voisin le grand cyprès élancé vers le ciel, le tout sous un soleil caressant, tendre, délicat… splendide…

.

 

Bon Dimanche…

Posté : 6 septembre, 2009 @ 8:33 dans Gratitude, Zique | Pas de commentaires »

image30.jpg

Pour poser tout de suite une chouette couleur sur ce dimanche, une p’tite vidéo à se fabriquer un sourire à faire craquer les plus revêches, à réveiller les grands dormeurs, à faire frétiller les coeurs !

http://vimeo.com/moogaloop.swf?clip_id=2539741

Se caler dans son fauteuil préféré, décrocher ses téléphones, cliquer sur le lien, mettre du son et l’image plein écran, laisser ses doigts claquer en rythme, et les talons avec, danser pourquoi pas ? et c’est parti pour 5 minutes de pur bonheur.

Ca me fiche le frisson, chaque fois, et une de ces pêches !  vais même, je crois, volume à fond, le programmer en boucle pour la matinée, wolé !

Ca couvrira les coups de fusils et les aboiements des chiens libérés pour la joyeuse ouverture de la chasse…

C’était une belle journée…

Posté : 1 septembre, 2009 @ 1:15 dans Chemin, Gratitude | 2 commentaires »

agneau.jpg   mmmmm mmmouais… c’était une belle journée… vraiment une belle journée !

Une de ces journées où l’on se dit que le chef d’orchestre est bien inspiré, où le grand pull over est en train de formidablement se tricoter, une maille à l’endroit juste bien accrochée à sa maille à l’envers, les deux aiguilles dans un même mouvement cliquetant en cadence, et l’ouvrage qui s’allonge doucement, qui prend forme bellement…

C’était une belle réunion de l’amitié vraie, de la belle nature, des grands prés, des pentes douces et des grands résineux immuables, du grand air qu’on respire comme s’il était sacré, de la mi-ombre tant attendue que l’on savoure, du partage de nos potagers, de nos vergers, et de nos modestes talents de cuisinières… une belle réunion de belle gaîté d’être ensemble, tellement qu’on a envie de se toucher pour se le dire un peu plus… oh et puis de ce bonheur du berger, de la joie dans ses yeux, et toute cette activité bruissante autour de ses brebis, avec leurs petits nés de la semaine, d’hier, du jour, qui cabriolaient en chancelant, et les bêlements, et les sonnailles, et les odeurs de laine, de litière, de nouveaux-nés, de foin coupé.

Une de ces belles journées qu’on a le sourire aux lèvres rien qu’à en parler, rien qu’à y penser, et qui se promène comme ça tout au long de la journées qui suit, un souvenir s’en revenant, puis un autre.  Ah oui aussi, il y avait les framboises sauvages, la délicieuse terrine de Marie, les sorbiers des oiseaux, lourds de leurs grappes écarlates, les petits ânes curieux, et puis cette marche à mon rythme pour m’approcher des brebis, et avant de les voir au détour du chemin, laisser d’abord le souvenir revenir par les odeurs, les bruits, et m’asseoir un peu sur ce talus d’herbe jaune, pour le laisser revivre en moi, m’y revoir et m’y retrouver, comme dans le temps d’il y a longtemps, juste deux petites minutes !… il y avait aussi les rires et les farces, et puis ce savoureux dialogue du berger et sa bergère, noté à la hâte dans mon petit carnet…

Une bien belle journée… de celles qui disent pour moi : Merci la vie ! ♥  sorbierdesoiseaux.jpg

Un jour à l’estive…

Posté : 1 septembre, 2009 @ 1:10 dans Chemin, Gratitude | 2 commentaires »

27 août, 2009 @ 12:36

b189125750.jpg

Demain. J’allais dire demain.

Mais non, on est déjà aujourd’hui !

Alors aujourd’hui, tout à l’heure, ce matin… je pars à l’estive, là-haut plus haut dans la montagne pour la journée avec le berger.

Mais non je ne suis pas sa bergère ! D’ailleurs il a la sienne. D’ailleurs elle sera là.

Avec une dizaine d’amis du hameau.

Parce que notre berger, il s’ennuie de ses brebis.

Déjà longtemps qu’elles sont parties.

Il se languit.

C’est que c’est encore loin sur le calendrier pour aller les rechercher ! c’est encore loin pour lui le retour de la transhumance, ce long voyage à pied, au rythme des brebis, ce long périple de cimes en vallons, par les drailles et les sentiers, et des bouts de route aussi eh oui, bien obligé… cette longue marche, bien fatigante, qui pourtant le rajeunit chaque fois d’une année…

Alors demain on l’accompagne à ces petites retrouvailles avant les grandes et belles qui s’ensuivront.

Il veut qu’on soit à la fête avec lui.

Quand il va les appeler, ses bêtes, d’un coup de langue qu’elles reconnaîtront immédiatement, et quand elles viendront tout près de lui se tasser, se réfugier. Quand il va enfoncer ses doigts dans les toisons épaisses à l’odeur de draps frais séchés dans le pré. Quand il va les regarder, nous montrer comme elles sont belles, combien elles ont profité, les yeux brillants, en nous disant “la lumière est drôlement forte par ici !”… et nous, faisant sembler de cligner des yeux, on lui dira “oui, c’est vrai, t’as raison, elle est plus forte…”  

Là-haut, sur le bord d’un petit lac de cristal, on se fera un festin de nos victuailles à partager, amenées par chacun, qui un pain, qui une salade, qui le fromage, qui une tarte, et comme ça tout un tas de petites choses de rien, bien emballées dans des torchons ; et tous ces petits plats préparés avec amour la veille dans chacune des maisons, ils auront bien meilleur goût que s’ils étaient mangés chacun chez soi dans sa cuisine…

Aujourd’hui nous serons ensemble en bons compagnons. Ce mot qui veut dire textuellement partager le pain. Et c’est ça qui le rend si bon.

Aujourd’hui c’est la journée de la simple et belle amitié. C’est la journées des coeurs légers. C’est la journée à partager.

Je viens la partager avec mes amis ma famille d’ici, bien volontiers…

A ce soir… prenez bien soin de vous.

Merci

Posté : 31 août, 2009 @ 10:45 dans Gratitude | 2 commentaires »

19 août, 2009 @ 12:33

Pour vous ce dessert à partager…          535275.jpg

Pour vous remercier de votre présence dans ma nouvelle roulotte.

Pour vous remercier de vos p’tits et grands mots, et tous bien beaux.

Pour vos commentaires en langue bloggeur, vos com’ pour les intimes

Et pour être là, tout simplement… Merci merci !

@+ michelle ♥

1...56789
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR