La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Histoires de Coeurs'

Le temps que j’aime bien. Bis.

Posté : 18 juillet, 2017 @ 10:43 dans Chemin, De Bric et de Broc..., Histoires de Coeurs | Pas de commentaires »

.

tempsperdu.jpg

.

Car ce temps-là aussi, je l’aime bien.

Ce temps retrouvé, après des jours de course folle.

Après ces jours pleins, riches, intenses, mais très énergivores.

Ces moments presque insensés, où l’on perd la notion du temps tellement il est omniprésent, où l’on ne voit plus que le but à atteindre, sans réfléchir, sans se poser de questions, sans presque même prendre le temps de penser.

Ces moments où l’on a l’impression que l’on a perdu le temps, qu’il nous échappe à jamais, tant on lui court après.

Et puis vient la grande pause. L’ouvrage est fini, bien fini, on peut souffler.

Et l’on retrouve devant soi de grandes longues journées, tellement longues qu’elles nous semblent immenses.

De ces journées où l’on peut prendre son temps, où l’on peut prendre le temps de ne rien faire, de rêvasser, de méditer, le temps de se poser là où l’on est, pour déguster ces minutes qui passent au rythme des minutes, enfin…

Oui, ce temps-là, aussi, je l’aime bien…

Il est précieux, d’une saveur inimitable.

Qui nous ramène au niveau du sol, pour nous montrer l’espace…

Me revoici parmi vous, bien présente, bien là, pour de bon.

mm

.

ARRETER LE TEMPS

.

L’escapade du dimanche

Posté : 16 juillet, 2017 @ 10:10 dans Chemin, Histoires de Coeurs, Vidéos & Cinéma | 1 commentaire »

.

Image de prévisualisation YouTube

.

Loufoque, décalé, insensé, un peu dingue.

On aime ou on n’aime pas.

J’adore…

mm

.

Ce. Qu’il. Faudrait… Dire…

Posté : 15 juillet, 2017 @ 10:07 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Histoires de Coeurs | 1 commentaire »

.

LOVE-AMAZONIA

.

Le mot de la semaine

Posté : 10 juillet, 2017 @ 7:34 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs, Le Mot de la Semaine | Pas de commentaires »

.

INTENSITE

.

Intensité.

L’intensité de l’instant dès qu’on lui accorde le temps de l’attention.

L’intensité d’un regard, d’un sourire, de quelques mots…

L’intensité d’une journée bien remplie.

L’intensité d’une semaine d’activité, durant laquelle seront reliés ceux qui œuvrent par ce pourquoi ils œuvrent, avec le bonheur d’être ensemble dans une oeuvre commune, pour une cause commune, dans un but commun.

Une semaine chargée qui nous attend, oui.

Au moins l’intensité sera-t-elle au rendez-vous.

Nos vies sont ponctuées de plages paisibles et d’intense activité, c’est ce qui en fait le rythme, la joie, et le bonheur de faire – ou de se poser…

La gratitude n’est jamais loin, en regardant ainsi la vie…

                 mm

.

Amis Amis…

Posté : 1 juillet, 2017 @ 10:45 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs | 1 commentaire »

.

AMIES

.

Une des bénédictions des vieux amis,

c’est que l’on peut se permettre

d’être stupide en leur présence. 

Ralph Waldo Emerson

1803-1882

Philosophe américain

zzzzz

Etre stupide, faire l’idiote, l’imbécile,

dire des gros mots, cracher par terre,

rire aux éclats comme une gamine

ou sangloter avec le nez qui coule,

être à l’ouest décoiffée encore en pyjama à midi,

ou sapée comme une princesse en faisant son marché,

être chiffon au fond du trou ou excitée comme une puce.

Dire ce qu’on pense. 

Aller chercher au fond de soi le fond de la pensée.

Se livrer, s’abandonner, se lâcher.

••

Etre soi-même.

Ce qui signifie donc que nous ne le sommes pas toujours.

Et pourquoi donc ?

Qui donc mérite que nous ne soyons pas nous-mêmes ?

Quelle autorité aurait cette personne sur ce soi si précieux ?

Pourquoi lui attribuons-nous ce pouvoir ?

Bien évidemment, nous n’allons nous mettre à dire

des gros mots ou cracher par terre à tout bout de champ.

Mais être soi, simplement, cela nous est possible.

Quelques ajustements à propos

de l’image de soi et du regard de l’autre,

en assumant complètement nos imperfections et nos

contradictions comme nos capacités et nos talents.

En étant vrai, le plus possible, un millimètre à la fois.

Chaque jour un petit pas.

Pour parvenir à être soi, totalement, à tout instant.

Quelle que soit l’audience.

Quelles que soient les circonstances.

Un pas à la fois…

          mm

.

Adieu, Madame. Merci.

Posté : 30 juin, 2017 @ 12:44 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs | Pas de commentaires »

.

SIMONE VEIL-

.

Une femme libre est exactement

le contraire

d’une femme légère. 


Grande tristesse. Adieu, Madame. Merci. 

Encore une grande dame qui s’en va.

Quelqu’un à l’horizon, pour réellement prendre la relève ?…

Nous sommes toutes orphelines aujourd’hui…

mm

.

UNE ROSE EN SOUVENIR

.

Après tes larmes…

Posté : 29 juin, 2017 @ 8:50 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

.

lemystredelaporte.jpg

.

Lu aujourd’hui :

“Si la porte ne s’ouvre pas, ce n’est pas votre chemin.”

◊◊◊

Cessons de fixer cette porte fermée

comme si c’était notre seule issue.

D’autres portes vont se présenter,

d’autres portes vont s’ouvrir.

Si ce que nous avions prévu ne se réalise pas,

c’est que cela n’était pas ce qu’il nous fallait.

D’autres choses se préparent en silence.

La personne qui nous blesse en partant révèle

en le faisant sa véritable nature.

Il faut la laisser s’en aller, nous vivrons

d’autres rencontres, plus belles sans doute.

La vie nous réserve bien des surprises encore.

Laisse ta tristesse s’écouler dans tes larmes.

Ne laisse entrer en ton cœur aucune goutte d’amertume.

                 mm

.

En présence d’une grande déception,

nous ne savons pas si c’est la fin de l’histoire.

Cela peut être précisément

le début d’une grande aventure. 

Pema Chödrön

.

Inoubliables instants…

Posté : 27 juin, 2017 @ 7:49 dans Chemin, Citations & Pensées, Histoires de Coeurs, Nature | 2 commentaires »

.

DESERT

.

Le souvenir de cet instant magique

est à jamais gravé dans mes souvenirs.

Et de temps en temps, j’y retourne.

Par la pensée.

Et par le cœur.

mm

.

Chanson de la piste ouverte – 2.

Posté : 23 juin, 2017 @ 8:20 dans Chemin, Histoires de Coeurs, Poésie, Un livre | Pas de commentaires »

.

LONG CHEMIN

.

2.

Mais toi, route que j’entame, jetant un coup d’oeil à la ronde, j’ai le sentiment que tu n’es pas la fin de tout.

J’ai le sentiment qu’il y a de l’invisible, en plus, où nous sommes.

Quelle magistrale leçon d’hospitalité, en toi, sans exclusion ni privilège,

Le Noir à la tête laineuse, le renégat, le malade, l’analphabète, tu les reçois tous ;

La course pour trouver le médecin accoucheur, la savate traînante du mendiant, les zigzags de l’ivrogne, la joyeuse équipée des ouvriers,

Le fils prodigue, l’attelage du riche, le jeune gandin, les amants en fuite,

Le paysan matinal sur la route du marché, le corbillard, les meubles qu’on déménage à la ville, le retour à la campagne,

Tout cela passe, moi avec, tout cela a droit de passage sans la moindre interdiction,

Rien n’est interdit d’accueil, mon amitié va à tout cela sans partage.

Walt Withman – Feuilles d’herbe, extrait

Editions Gallimard

§§§§§

Onze passages s’enchaînent ainsi sur le voyage, la balade, le vagabondage, et tout ce qu’ils ont à nous offrir, tout ce qu’ils transforment en nous et tout ce dont ils nous imprègnent. Sautillant ou rêvassant, nous avançons à ses côtés sur le chemin qui s’enrichit de tout ce que nous y voyons, nous enrichissant du même coup.

Un voyage peu commun, allant à la fois vers soi et vers l’autre, vers soi et vers les autres, avec lucidité, dans la vraie vie, mais tout en poésie…

Un ouvrage où il fait bon aller puiser quelques morceaux d’évasion et de méditation. Un ouvrage où il fait bon partir…

                 mm

.

Chanson de la piste ouverte – 1.

Posté : 16 juin, 2017 @ 10:48 dans Chemin, Histoires de Coeurs, Poésie, Un livre | Pas de commentaires »

.

LONG CHEMIN

.

1.

Pied sûr, cœur léger, j’attaque la piste ouverte,

Suis libre, en bonne santé, le monde est devant moi,

La longue piste brune s’étire où je veux qu’elle me conduise.

À partir d’aujourd’hui je n’attends plus la bonne fortune : la bonne fortune, c’est moi !

J’ai fini de me plaindre, j’ai fini de tergiverser, j’ai fini d’avoir besoin de ceci ou de cela.

Terminé le petit monde des récriminations, des bibliothèques, des critiques chagrines.

Sans faiblesse ni grief, j’avance à découvert sur la piste.

Pour moi la terre me suffit.

Pourquoi voudrais-je les constellations moins éloignées ?

Elles sont où elles doivent être, j’en suis sûr.

Conviennent à ceux qui les habitent.

(Sur terre, donc ! épaules chargées du délicieux fardeau,

La vieille charge d’hommes et de femmes qui partout m’accompagnent,

Impensable, je le jure, pour moi, de m’en débarrasser,

Empli d’eux comme je suis et qui à mon tour les comblerai !) 

Walt Withman – Feuilles d’herbe, extrait

Editions Gallimard

§§§§§

Un ouvrage d’aventure et de poésie, d’humanité et d’amour, de mal d’amour.

Poète – parmi les plus grands poètes au monde, à mon avis.

Complexe, ce qu’il nous donne nous est repris face à la réflexion, puis il nous donne encore, plus fort encore, ou d’une autre manière. 

Ces niveaux de lecture donnent à ses textes une infinie richesse.

Un ouvrage à emmener, c’est sûr, sur une île déserte.

Pour mieux comprendre les humains, et, particulièrement, ceux dont nous nous serions alors éloignés.

               mm

.

12345...61
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR