La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Méditation & Réflexion Personnelle'

Correspondances…

Posté : 28 novembre, 2017 @ 10:37 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

CORRESPONDRE

.

Nous correspondions alors.

Le faisons-nous encore ?

Nous est-il arrivé de nous poser sur ce mot ?

Nous savions avec qui nous correspondions.

Mais savions-nous que ce faisant nous nous correspondions ?

Nous disions également : entretenir une correspondance…

Entretenir.

Correspondance.

Nous inquiétons-nous toujours de cela dans nos relations ?

Sommes-nous aujourd’hui dans cet état d’esprit ?

Dans cette société où l’individualisme est cultivé avec rage,

souhaitons-nous réellement correspondre à l’autre ?

Correspondre aux autres ?

Et correspondons-nous, réellement, avec les autres ?

Le mot ensemble semble devenu tellement compliqué à conjuguer.

Pourtant, la solution est là, pour le bien-être commun,

elle sera là, le jour où nous devrons nous relier, nous réunir…

           mm

.

Café-philo du matin…

Posté : 27 novembre, 2017 @ 9:59 dans Chemin, Citations & Pensées, Le Mot de la Semaine, Méditation & Réflexion Personnelle | 2 commentaires »

.

ETEINDRE

.

La lumière vient de l’intérieur. 

Elle ne s’éteint pas de l’extérieur.

Mais elle n’a pas besoin de l’obscurité pour se montrer.

Il faut se voir bien peu lumineux pour croire nécessaire

que tous les autres s’éteignent pour briller soi-même…

             mm

.

Fardeau à déposer d’urgence !

Posté : 25 novembre, 2017 @ 11:58 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

.

RESSENTIMENT

.

Rester dans la colère et le ressentiment,

c’est comme saisir un charbon ardent

pour le jeter sur quelqu’un :

c’est vous qui vous brûlez.

Ou avaler du poison 

en attendant que l’autre meure.

C’est se ronger les sangs

Pendant que l’autre sifflote sous sa douche.

          mm

.

Inconditionnelle.

Posté : 23 novembre, 2017 @ 9:30 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

tendrelamain.jpg

.

 La générosité libre de toute attente est comparable à la confiance du semeur :

Tout ce qui doit pousser poussera, rien ne sera perdu.

Extrais ainsi la quintessence de tes dons :

Tel est le conseil de mon cœur. 

DRIGUNG DÖNDRUP CHÖGYAL (1668-1718)

La générosité se doit d’être inconditionnelle. 

Sans cela elle perd totalement son identité, son existence.

Car alors elle marchande. Elle discute.

Elle devient mercantile. Mesquine. Cupide.

Les résultats qu’elle attend la rendent exigeante.

Déplaisante, parfois grinçante.

Il nous faut donner ce que l’on a pour le conserver.

Nous le savons maintenant : tout ce que l’on garde est perdu…

                mm

.

De nos fêlures…

Posté : 13 novembre, 2017 @ 6:39 dans Chemin, Côté Arts, Méditation & Réflexion Personnelle, Poésie | Pas de commentaires »

.

BOL FELE

.

Lu ces temps-ci.

Au Japon, la coutume veut que lorsqu’un objet se brise, on le répare avec de l’or pour embellir ses fissures.

Cette coutume nous enseigne que lorsqu’une personne a souffert et s’est relevée, cela la rend plus noble et plus belle. 

.

Il s’agit du Kintsugi, l’art de réparer des céramiques brisées. Explications et photos ICI

P

Jolie parabole…

Et si nous considérions ainsi les choses ?

Si nous considérions que, finalement, ce qui vient dans nos vies se poser sur nos blessures arrive là non seulement pour nous réparer, mais pour nous rendre plus grands, plus forts, plus riches, plus beaux, plus ouverts ?

Si cet or devenait le pansement de nos âmes pour qu’elles brillent un peu plus, et transmettent leur lumière ?

Si nous acceptions ce cadeau en toute humilité – ne nous disant pas que nous l’avons mérité, non, mais nous disant que nous avons de la chance ?

Car cet or, qui vient nous réparer, nous pourrons l’offrir à notre tour, aux grands blessés de la vie…

             mm

.

L’homme. Et « sa » planète.

Posté : 10 novembre, 2017 @ 11:07 dans Chemin, Histoires de Coeurs, Méditation & Réflexion Personnelle, Un livre | Pas de commentaires »

.

CAPTEUR DE REVES

.

Le Lakota était empli de compassion et d’amour pour la nature.

Il aimait la terre et toutes les choses de la terre, et son attachement grandissait avec l’âge. Les vieillards étaient – littéralement – épris du sol et ne s’asseyaient ni ne se reposaient à même la terre sans le sentiment de s’approcher des forces maternelles. La terre était douce sous la peau et ils aimaient à ôter leurs mocassins et à marcher pieds nus sur la terre sacrée. Leurs tipis s’élevaient sur cette terre dont leurs autels étaient faits. L’oiseau qui volait dans les airs venait s’y reposer et la terre portait, sans défaillance, tout ce qui vivait et poussait. Le sol apaisait, fortifiait, lavait et guérissait.

C’est pourquoi les vieux indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S’asseoir ou s’allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement ; ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et ils se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient…

Ces relations qu’ils entretenaient avec tous les êtres sur la terre, dans le ciel, ou au fond des rivières étaient un des traits de leur existence. Ils avaient un sentiment de fraternité envers le monde des oiseaux et des animaux qui leur gardaient leur confiance. La familiarité était si étroite entre certains Lakotas et leurs amis à plumes ou à fourrure que, tels des frères, ils parlaient le même langage.

Le vieux Lakota était un sage.

Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur.

Il savait que l’oubli du respect dû à ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme.

Aussi maintenait-il les jeunes gens sous la douce influence de la nature.

Chef Luther Standing Bear 

Pieds nus sur la terre sacrée – extrait, page 14.

Textes rassemblés par T.C. Mc Luhan – photos de Edwards S. Curtis

Editions Denoël

§§§§§§§§

Un ouvrage-rencontre, un ouvrage-hasard, un ouvrage-trésor, qui m’a été offert il y a bien des années.

Un ouvrage qui n’a pas pris une ride, qui nous dit aujourd’hui, plus que jamais, ce que nous devrions entendre…

             mm

.

L’enfance. Et l’instant.

Posté : 6 novembre, 2017 @ 10:50 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

ENFANCE

.

L’enfance trouve son paradis dans l’instant.

Elle ne demande pas du bonheur.

Elle est le bonheur. 

Louis Pauwels

IIII

Un pied dans le passé, et l’autre dans l’avenir.

Comment pouvons-nous ainsi prétendre à un présent heureux ?

Totalement occupés à revivre le passé, à échafauder notre avenir,

Comment pouvons-nous parvenir à profiter

de ce que nous offre l’instant ?

Sans profiter de l’instant, sans l’accueillir,

sans l’apprécier, le savourer,

Comment, tout simplement, pouvons-nous être heureux ?

L’instant ? il était là et il devient passé.

Il est tellement furtif qu’il en arrive, parfois, à frôler l’éternité…

               mm

.

Du choix.

Posté : 2 novembre, 2017 @ 9:54 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | 1 commentaire »

.

LE CHOIX

.

Le choix.

Car en effet, si nous n’avons pas souvent le choix des événements,

si nous n’avons pas toujours le choix des circonstances,

nous avons celui de notre posture face à elles.

Nous avons le choix de notre réponse et de notre comportement,

nous avons cette latitude de trouver puis de choisir 

la manière dont nous allons vivre la difficulté.

Sans oublier que souvent, en plus des fameuses deux alternatives,

il y en a au moins une troisième, peut-être moins évidente,

à traquer, à laisser venir, à trouver, à découvrir,

qui sera celle de la délivrance…

          mm

.

Hasards, coïncidences…

Posté : 24 octobre, 2017 @ 1:06 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 1 commentaire »

.

CHEMINER

.

Il n’y a pas de hasard, pas de coïncidence,
nous marchons tous les jours
vers des lieux et des personnes
qui nous attendaient depuis toujours.
Guiditta. Dembech
P 
J’ai souvent cette sensation.
Que ce qui m’arrive était exactement ce qu’il me fallait…
Beau temps, mauvais temps.
Pas forcément dans l’immédiat mais quelque temps plus tard.
Nos cheminements gardent leurs mystères,
et nous offrent la magie de nos rencontres et de nos découvertes…
Après il ne nous revient qu’à vivre ce qui nous échoit,
ce qui nous est offert, ce qu’il nous est offert de vivre.
Et remercier… ne serait-ce que d’être en vie…
          mm
.

Toute la vie…

Posté : 17 octobre, 2017 @ 10:39 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

TOUTE LA VIE

.

C’est ainsi.

Et malgré le long chemin de réparation, malgré toutes les remises en question, malgré tous les pardons et toutes les réconciliations exprimés avec le cœur, malgré tous les atouts attrapés au passage, cette blessure-là reste à vif.

Toute la vie.

Et la douleur resurgit à chaque petite alerte. Devant chaque rejet, devant chaque oubli, devant chaque indifférence… vécus comme autant de trahisons… 

Nous faisant néanmoins avancer chaque fois d’un millimètre.

Pour que la douleur soit moins violente, la fois suivante.

Une chose monstrueuse, oui, c’est le mot…

              mm

.

12345...131
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR