La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Méditation & Réflexion Personnelle'

Cages et prisons…

Posté : 31 août, 2017 @ 12:04 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Méditation & Réflexion Personnelle | 1 commentaire »

.

CAGES

.

Je n’aime guère les cages. Je ne les ai jamais aimées. Et je ne comprends toujours pas quel plaisir on peut tirer de voir vivre sous nos yeux un animal que nous avons enfermé.

Donc je n’aime guère non plus que l’on enferme les gens – comme ici dans la cage de la généralité.

Il est vrai que nous avons sans doute besoin de notre refuge, de notre abri, de notre cocon, de notre coquille ou de notre nid. Pour nous isoler, nous reposer, nous réparer, nous ressourcer. Nous aimons notre petit univers familier parce que nous y avons nos repères. Ça n’en fait pas une cage.

L’essentiel à mon sens est que nous ne nous enfermions pas nous-mêmes dans la cage.

Dans la cage de l’obstination, des idées arrêtées ou préconçues, des croyances sans fondements, de ce que l’on répète sans savoir, sans comprendre vraiment, de nos ressentis qui nous trompent souvent. Dans la cage de la peur, de l’intolérance, de la haine, de l’orgueil.

L’ouverture d’esprit c’est l’ouverture de la porte de la cage.

C’est aller voir ailleurs, se colleter aux autres et à la vie et oublier un peu son petit soi, écouter au lieu d’entendre, regarder au lieu de voir, et tester, chaque fois qu’on le peut, de nouvelles manières de vivre, tenter de nouvelles expériences, chausser les mocassins de l’autre pour comprendre son chemin,

C’est se dire “Je ne sais pas grand-chose, allons voir ceux qui vont m’offrir rencontres et découvertes. Je n’ai pas forcément raison, allons vers ceux qui pensent autrement”.

C’est aller à la rencontre de l’autre, cet autre que l’on ne connaît pas, que l’on n’aurait jamais imaginé parfois, cet autre qui finalement nous ramènera à soi. Un soi qui aura fait du chemin sur le chemin de la vie, qui aura appris, qui aura aimé, qui aura été triste de devoir rentrer, et qui sera quand même content de revenir au bercail.

Si nous n’acceptons pas d’être mis en cage, n’acceptons pas non plus d’y rester lorsque – par hasard, par malheur ou par confort – nous y sommes entrés.

Ouvrons nos cages intérieures, celles qui nous enferment plus fermement et plus durement qu’aucune prison ne le ferait.

               mm

lacageauxillusions.jpg

.

 

 

Rebattre les cartes, jouer le jeu, rester beau joueur…

Posté : 29 août, 2017 @ 9:03 dans Chemin, Citations & Pensées, Le Mot de la Semaine, Méditation & Réflexion Personnelle, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

ADAPTES VS FURIEUX

.

Aux confins de la terre…

Posté : 28 août, 2017 @ 6:05 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Voyage | Pas de commentaires »

.

LACETS

.

. . . J’ai la nostalgie d’une de ces vieilles routes

sinueuses et inhabitées qui mènent hors des villes…

une route qui conduise aux confins de la Terre…

où l’esprit est libre .

Henry David THOREAU
.

Ni un échec ni une fin.

Posté : 22 août, 2017 @ 9:33 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

CHUTE

.

La chute n’est pas un échec.

L’échec, c’est de rester là, où on est tombé. 

SOCRATE

P

Si douloureuse soit-elle, la chute doit nous servir.

C’est-à-dire nous rendre service et nous être utile.

Devenir un outil et un levier.

Une rame de secours pour ne pas sombrer une autre fois.

Une leçon de la vie pour nous éviter d’y retourner.

Un temps de pause pour nous remettre en question.

Et pour nous réparer des souffrances durant la chute.

La chute a toujours quelque chose à nous expliquer.

A nous montrer. A nous enseigner.

Si nous cessons de la considérer comme une fin.

                 mm

.

Des livres. Qui délivrent.

Posté : 17 août, 2017 @ 12:47 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Un livre | 1 commentaire »

.

ETUDIER

.

RECUEILS

.

Ces livres que l’on nomme également ouvrages, manuels, mémoires, volumes, recueils…

Qui nous livrent leurs enseignements depuis que l’homme sait graver, dessiner, écrire.

Qui sont le résultat d’un vrai travail – nous y invitant à notre tour.

Qui nous racontent l’histoire à tous les temps, et nous permettent l’évasion.

Qui prennent leur place dans nos maisons, dans toutes les sociétés et dans nos vies.

Et qui nous offrent de nous recueillir…

Que serions-nous, aujourd’hui, sans eux ?

           mm

.

La jarre…

Posté : 15 août, 2017 @ 9:53 dans Chemin, Contes & Légendes & Allégories, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

JARRE

.

– Si j’ai bien compris, personne ne peut m’énerver, me blesser ou me déstabiliser ? demanda le prince.

- Tu as bien compris, ce ne sont pas les paroles ou les actes des autres qui te dérangent ou que tu n’aimes pas, mais les vieux démons qui se réveillent en toi à cette occasion : tes peurs, tes souffrances, tes failles, tes frustrations…

Si tu jettes une mèche allumée dans une jarre d’huile, celle-ci s’enflammera… Mais si la jarre est vide ou qu’elle contient de l’eau, la mèche s’éteindra d’elle-même…

Ton agacement face aux autres est comme un feu qui s’allume en toi et qui peut te brûler, te consumer, te détruire… Mais il peut aussi t’illuminer, te forger, te façonner et faire de l’autre un allié sur le chemin de ta transformation.

Toute rencontre difficile devient alors une confrontation avec toi-même, une épreuve, une initiation… dit le génie. 

Les 7 miroirs de l’âme – Charles BUTHART, extrait

P

Déjà rencontré en chemin, ce passage. Mais toujours bon à retrouver, en cas de tumultes extérieurs, de ces tapages qui sans façon et sans scrupules se répercutent allègrement, à l’intérieur…

           mm

.

De notre âme à l’âme du monde… [2]

Posté : 11 août, 2017 @ 10:01 dans Chemin, Contes & Légendes & Allégories, Méditation & Réflexion Personnelle, Un livre | 1 commentaire »

.

L-AME DU MONDE-

.

[...]

Un sage prit la parole et dit :

- Ecoutez cette histoire véridique. Un groupe d’aborigènes australiens s’avançait un jour dans un paysage aride, en compagnie d’un ethnologue. Celui-ci, qui notait soigneusement tous leurs faits et gestes, remarqua que de temps en temps le groupe, composé d’hommes et de femmes, s’arrêtait un moment plus ou moins long. Ils ne s’arrêtaient ni pour manger, ni pour regarder quelque chose, ni pour s’asseoir ou se reposer. Simplement ils s’arrêtaient. L’ethnologue, après deux ou trois arrêts, leur en demanda les raisons. “C’est très simple, répondirent-ils, nous attendons nos âmes.”

L’ethnologue demanda quelques explications supplémentaires. Il comprit ainsi que, de temps à autre, les âmes s’arrêtaient en chemin pour regarder, ou sentir, ou écouter quelque chose qui échappait aux corps. C’est pourquoi, alors que les corps continuaient à marcher, les âmes s’arrêtaient quelque fois pendant une heure. Il fallait les attendre.

Nos âmes ont des besoins invisibles pour les yeux du corps. Elles se nourrissent de la beauté du monde, du chant d’un oiseau, de quelques notes de musique, d’un rayon de soleil sur la neige. Elles se nourrissent de connaissance, d’études, de savoir. Elles se nourrissent de relations aimantes, d’échanges désintéressés, de communion avec tout être vivant, de don de soi. Elles se nourrissent de partage, de justice, de fraternité. C’est pourquoi l’être humain doit reconnaître, nourrir, utiliser et faire grandir les deux organes spirituels qui lui sont propres : le cœur et l’intelligence. 

Frédéric Lenoir, l’Âme du monde,

Chapitre “Deuxième jour – Le noble attelage – Du corps et de l’âme”, extrait

Nil Editions

§ P §

Ce dernier passage m’enchante chaque fois que je le relis. Il faudrait s’en faire un poster…

Encore un livre à emmener dans la grande malle. Un ouvrage écrit comme un conte, mais qui nous montre, à nous les terriens, comment nous devrions vivre pour bien vivre, en harmonie, avec soi, l’autre, les autres, le monde et même avec l’univers. Un ouvrage qui va rejoindre les alchimistes, les goélands et autres petits princes, qui peut se lire à tout âge, tant il a à nous enseigner. Je l’offrirai bientôt à mes petits-enfants. Ils comprendront ce qu’ils comprendront, mais au moins prendront-ils ainsi soin de leurs âmes…

Et si, finalement, les pauses et les parenthèses que nous posons dans nos vies n’étaient que l’occasion pour nos âmes de nous rattraper, nous qui courons tout le temps ?…

mm

.

Re-construire. Et re-naître.

Posté : 8 août, 2017 @ 4:35 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 4 commentaires »

.

RE-CONSTRUIRE

.

Et ce, malgré les démolisseurs patentés

qui font le chaud et le froid

autour de toi, à tour de rôle, comme si te voir passer

de l’espoir au désespoir était leur mission dans ta vie…

Oui, on se reconstruit, on se reconstruira,

oui, tu te reconstruiras,

un peu bancal un peu tordu après les coups,

mais debout. Debout à l’intérieur de toi.

mm

.

De notre âme à l’âme du monde… [1]

Posté : 4 août, 2017 @ 8:12 dans Chemin, Contes & Légendes & Allégories, Méditation & Réflexion Personnelle, Un livre | Pas de commentaires »

.

L-AME DU MONDE

.

 Un quatrième sage prit la parole et dit :

- Nous vous avons parlé des deux montures de l’attelage, parlons maintenant du cocher.

Celui qui doit diriger le corps physique et le corps psychique, c’est l’esprit, ou l’âme spirituelle. Vous devez aussi, ô enfants des hommes, apprendre à connaître, à aimer et à prendre soin de votre esprit. Celui-ci est le don le plus précieux que la vie vous ait offert.

Car votre âme spirituelle n’est autre qu’une parcelle infinie de l’Âme du monde.

C’est par elle que vous vibrez à celle “longueur d’âme” qui relie toute chose et tout être dans l’univers. C’est par elle que vous ressentez la beauté et l’harmonie du monde. C’est par elle que vous pleurez devant un beau paysage ou une œuvre d’art. C’est par elle que vous sentez toute la grandeur de la vie, mais aussi toute la détresse des âmes vides. C’est par elle que vous pouvez donner votre vie pour un inconnu ou ressentir de la compassion pour un étranger. C’est par elle que vous aspirez à une parfaite liberté.

C’est elle qui vous met en quête d’un port où exprimer votre vocation. C’est elle qui vous met en quête d’une source qui puisse enfin désaltérer la soif la plus profonde de votre être.

Un sage prit la parole et dit :

- Notre esprit s’incarne en deux lieux, et il se manifeste par deux voix : l’intelligence et le cœur.

L’intelligence nous fait rechercher la connaissance, la vérité et la liberté. Le cœur nous met en quête d’amour.

Les deux réunis nous font quérir la beauté et la justice. 

Frédéric Lenoir, l’Âme du monde,

Chapitre “Deuxième jour – Le noble attelage – Du corps et de l’âme”, extrait

Nil Editions

&&&&&

Tantôt du soleil, tantôt de la pluie…

Posté : 3 août, 2017 @ 4:18 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

.

GIFLES ET CARESSES

.

Apprendre à vivre les unes comme les autres.

Apprendre à les accueillir dans nos vies.

Nous adapter…

Pour découvrir ce qu’elles ont à nous enseigner.

Et combien elles vont nous  enrichir.

mm

.

12345...131
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR