La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Méditation & Réflexion Personnelle'

Et nous irons ainsi, l’ami, lire de plaisir…

Posté : 24 mars, 2017 @ 10:24 dans Chemin, Méditation & Réflexion Personnelle, Un livre | 1 commentaire »

.

LIRE DE PLASIR

.

Poésie

N’importe quel individu qui, chaque jour de sa vie, consacrerait ne serait-ce que vingt minutes à lire de la poésie – c’est-à-dire à la pratiquer – s’en trouverait profondément changé, et libéré.

D’où l’intérêt de notre société de détourner qui que ce soit de cette activité.

o—o—o—o

Sac à dos

Je n’ignore pas qu’il s’est imposé en raison de sa praticité, de l’influence du sport sur les modes de vie, de sa polyvalence (ville/campagne, loisir/travail, etc.).

Cependant le sac à dos exprime son époque d’une autre façon : dans les rames et les couloirs du métro, dans la rue, ses usagers très régulièrement heurtent les autres, faute d’estimer la place qu’occupe cet appendice de leur personne.

Bref, un nombre grandissant d’individus négligent de s’interroger sur leur encombrement.

o—o—o—o

Silence

Rechercher des êtres avec qui l’on peut se permettre de ne pas parler, y compris pour converser avec eux.

o—o—o—o

Stoïcisme

On retient généralement de la morale stoïcienne les traits les plus grandioses. Ainsi de l’indifférence à sa propre douleur, qui est l’un des idéaux les plus spectaculaires du sage. Mais les stoïciens n’ignorent pas que rares sont ceux qui peuvent pratiquer une morale aussi exigeante.

Aussi ont-ils imaginé la doctrine des préférables : nous devons nous efforcer, autant qu’il est possible, de choisir la conduite préférable, à défaut de l’idéale ; ce n’est pas là une démission, mais un courage.

Il ne dépend pas de nous que nous atteignions chaque fois la cible, mais il dépend de nous d’essayer. 

o—o—o—o

Stéhane Audeguy, Petit éloge de la douceur, extraits.

Editions Gallimard

§

Un petit abécédaire savoureux, bien plus profond qu’il n’y paraît, et qui offre souvent, d’une pichenette, de fameuses réflexions…

                           mm

.

Responsables.

Posté : 23 mars, 2017 @ 7:33 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

.

SEULE SUR LA ROUTE

.

On peut blâmer son enfance, accuser indéfiniment ses parents

de tous les maux qui nous accablent, les rendre coupables

des épreuves de la vie, de nos faiblesses, de nos lâchetés,

mais finalement on est responsable de sa propre existence,

on devient qui l’on a décidé d’être. 

Marc Levy

LES MAINS LA VIE

Un jour, il faut finir par grandir. 

Se confronter à la réalité, se colleter avec la vie.

Pour pouvoir naître, vraiment.

Non contre les malgrés, mais avec eux.

Et se construire, sur ces bases-là,

parce qu’elles font ce que nous sommes,

elles font partie de nous, de notre histoire personnelle,

et parce qu’on ne pourra jamais, quoi qu’on en pense,

redessiner l’histoire, ni s’inventer un meilleur passé…

                mm

.

L’arrogance et son contraire.

Posté : 21 mars, 2017 @ 10:58 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Le Mot de la Semaine, Méditation & Réflexion Personnelle, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

VOIR PLUS LOIN

.

 Je considère l’humilité quotidienne comme une garantie
de sûreté et de sécurité : elle se situe à mi-distance
entre deux émotions successives.
C’est un endroit bien tranquille qui m’offre une vision suffisante
et assez d’équilibre pour progresser pas à pas sur la route
clairement balisée qui se dirige vers les valeurs éternelles.
Bill W.
“L’arrogance et son contraire”
Grapevine, juin 1961 – extrait
*********
Un remède, peut-être, à toutes les violentes sentences d’opinions
qui pleuvent tristement ces temps-ci, sur les uns sur les autres,
sur ceux qui ne pensent pas comme ci ou comme ça…
C’est avec de l’amour que s’envolera la haine.
On ne pourra pas.  Enrayer l’intolérance par de l’intolérance.
Ne tombons pas dans ce piège grossier.
Nous ne sommes pas des dés dans un gobelet,
nous ne sommes pas des pions sur un damier.
Essayons d’élargir. L’espace. Notre angle de vision.
Ne re-devenons pas des ergoteurs, des querelleurs,
des brouilleurs de familles, des chicaneurs de quartiers…
Ce n’est pas en nous divisant que nous pourrons nous unir,
nous rassembler, ni faire front, pour l’unité et pour la paix…
 
            mm
.

Comme au théâtre…

Posté : 14 mars, 2017 @ 12:37 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 2 commentaires »

.

RIDEAU

.

La vie est telle une pièce de théâtre, mais sans répétitions.

Alors chantez, pleurez, dansez, riez et vivez,

Avant que le rideau ne se ferme

et que la pièce ne se termine

sans applaudissements. 

Charlie Chaplin

.

FERMER LE RIDEAU

.

Choisissons bien notre place.

D’un côté ou de l’autre du rideau.

Et s’il est bon d’être parfois spectateur pour l’observation que l’on en tire, il me semble que pour vivre pleinement, nous devons être les acteurs de nos vies.

Ainsi, plus tard, quand il sera l’heure, le rideau se refermera sans regrets sur un vivant spectacle, et, nous éloignant à pas tranquilles, nous aurons des souvenirs plein les yeux et des sourires plein le cœur.

Au moins, nous dirons-nous, nous avons vécu.

                   mm

.

De la belle réflexion…

Posté : 11 mars, 2017 @ 2:39 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | Pas de commentaires »

.

PLUIE

.

 Eh bien moi, j’aime la pluie avant qu’elle tombe.

Bien sûr que ça n’existe pas, elle a dit.

C’est bien pour ça que c’est ma préférée.

Une chose n’a pas besoin d’exister

pour rendre les gens heureux,

pas vrai ? 

Jonathan Coe

La pluie, avant qu’elle tombe

.

LE livre.

Posté : 10 mars, 2017 @ 6:12 dans Chemin, Ensemble, Méditation & Réflexion Personnelle, Planète, Un livre | Pas de commentaires »

.

FRATERNITE

.

 

Pourrait-on définir la fraternité comme “la construction progressive de chacun” ? A la fin de « Éloge de la différence”, vous écrivez : « Quel plus beau cadeau peut nous faire l’“autre” que de renforcer notre unicité, notre originalité, en étant différent de nous ?”

Lorsque “frère ”a pour sens “membre de la famille humaine”, appeler l’autre “frère ”n’est qu’une tautologie. Ce terme, en fait, est utilisé pour préciser une attitude face à l’autre, attitude fondée sur le constat d’un lien.

Ce lien, bien sûr, est biologique, créé par la possession d’un patrimoine génétique en partie commun. Il est aussi, et surtout, culturel, créé par la possible intervention de chacun dans la réalisation de la personne de l’autre. Lorsque je dis “Tu es mon frère”, je fais le constat de la présence de l’autre dans le tissu des liens qui me permettent de devenir moi.

On associe souvent les deux termes suivants : “fraternité universelle”. Diriez-vous que c’est le rêve suprême ? Que mettriez-vous alors sous cette expression : la paix, l’harmonie, ou la mise en commun ?

Tout humain que j’exclus des liens que je tisse est une source dont je me prive. Le rêve est donc de n’exclure personne, la “fraternité universelle” correspond à un réseau d’échanges étendu à tous mes semblables. La mise en commun, la paix, l’harmonie, sont des structures de réseau favorables à la mise en place d’un tel réseau. Elle découlent d’une attitude indispensable : le respect.

§

Albert Jacquard, Petite philosophie à l’usage des non-philosophes

Chapitre : Fraternité – extrait, pages 66 et 67

Dialogue entre Albert Jacquard et Huguette Planès, professeur de philosophie au Lycée Rascol, en présence de ses élèves.

Editions Calmann-Lévy & Livre de Poche

§§§§§

Un petit bijou, visionnaire, lucide et néanmoins confiant, qui traite de notre humanité, à tous les sens du terme.

Adieu, Merci, Monsieur Jacquard.

Vous avez dû voir du changement depuis votre départ…

Vous nous manquerez, longtemps encore…

                         mm

.

Besoin. Pas besoin…

Posté : 9 mars, 2017 @ 7:11 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Méditation & Réflexion Personnelle, Planète | Pas de commentaires »

.

BESOIN DE

.

Besoin d’éclaireurs et de passeurs de lumière.

Besoin de traqueurs de poésie et d’émerveillement.

Besoin de transmetteurs d’énergie positive.

Besoin de livreurs de sourires et de rires.

Besoin de faiseurs de belles histoires.

Besoin de donneurs de tendresse et de bienveillance.

Et pas besoin de leurs contraires.

Mais comme ils sont là quand même…

merci à eux qui nous montrent où ne pas aller…

            mm

.

Ouvrir, pour recueillir, pour accueillir…

Posté : 7 mars, 2017 @ 11:39 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle | 1 commentaire »

.

POTS DE TERRE

.

De même que la pluie tombe,

la grâce ne cesse de nous parvenir.

Essaie de maintenir

ton récipient à l’endroit.

S’il est à l’envers,

il se videra. 

Mâ Ananda Moyî

.

Quelques balises…

Posté : 4 mars, 2017 @ 9:07 dans Chemin, Ensemble, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

7 REGLES

.

De l’espace…

Posté : 2 mars, 2017 @ 10:29 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Pour du mieux | Pas de commentaires »

.

CREUX ET BOSSES

.

Les choses qui s’écroulent sont une sorte d’épreuve,

mais aussi une sorte de guérison.

On pense que l’essentiel est de venir à bout de l’épreuve

ou de triompher du problème, mais la vérité est que les choses

ne sont pas vraiment résolues.

Il y a réconciliation puis écroulement.

On les réconcilie encore et elles s’écroulent de nouveau.

La guérison vient de ce qu’on laisse de l’espace

pour que tout ça se produise :

de l’espace pour la douleur, pour le soulagement,

pour la tristesse, pour la joie. 

Pema Chödrön

.Ω.Ω.Ω.Ω.Ω.Ω.Ω.Ω.

La nature nous en donne le meilleur exemple. Avec les éléments qui se déchaînent puis s’apaisent, puis se déchaînent à nouveau, une fois ici, l’autre fois ailleurs, et s’apaisent encore.

Si nous laissons de l’espace à la vie, elle pourra vivre. 

Pour sombrer parfois jusque dans la folie, et s’éveiller un beau matin toute pimpante.

Si nous laissons de la place pour nos émotions, elles feront de même.

Si nous laissons de l’espace dans nos relations, elles pourront nous attrister ou bien nous éblouir, mais toujours elles pourront évoluer, changer, se modeler.

N’emplissons pas tous les vides avec de l’illusion, laissons ces creux se lover tranquilles entre les bosses, ils sont là pour le repos, et pour l’accueil, de ce qui viendra peut-être un jour s’y blottir.

Laissons à la vie cette chance, offrons-nous cette chance.

                        mm

.

123456...127
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR