La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Prête-moi ta plume'

En un seul mot. Délicieux.

Posté : 24 octobre, 2020 @ 6:36 dans Chemin, Citations & Pensées, Insolite, Prête-moi ta plume, Voyage | Pas de commentaires »

.

ICELANDIC WORD

.

Nobody’s perfect !

Posté : 8 octobre, 2020 @ 10:24 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Et méditer..., Prête-moi ta plume | Pas de commentaires »

.

NOS IMPERFECTIONS

.

REFLET

.

 

C’est quand qu’on s’aime ? C’est quand qu’on sème ?

Posté : 7 août, 2020 @ 1:04 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Et méditer..., Prête-moi ta plume, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

LIVRE COEUR

.

Haïssez celui qui n’est pas de votre race
Haïssez celui qui n’a pas votre foi
Haïssez celui qui n’est pas de votre rang social
Haïssez, haïssez, vous serez haï.
De la haine, on passera à la croisade,
Vous tuerez ou vous serez tué
Quoi qu’il en soit, vous serez les victimes de votre haine
La loi est ainsi :
Vous ne pouvez être heureux seul
Si l’autre n’est pas heureux, vous ne le serez pas non plus,
Si l’autre n’a pas d’avenir, vous n’en aurez pas non plus,
Si l’autre vit d’amertume, vous en vivrez aussi,
Si l’autre est sans amour, vous le serez aussi.
Le monde est nous tous, ou rien.
L’abri de votre égoïsme est sans effet dans l’éternité.
Si l’autre n’existe pas, vous n’existez pas non plus.
Louis Calaferte (14 juillet 1928 – 2 mai 1994)
.

C’est du Prévert…

Posté : 3 juillet, 2020 @ 7:02 dans Chemin, Citations & Pensées, Et méditer..., Histoires de Coeurs, Prête-moi ta plume | Pas de commentaires »

.

JACQUES PREVERT

.

main.jpg

.

Être soi.

Posté : 8 juin, 2020 @ 6:11 dans Chemin, Le Mot de la Semaine, Méditation & Réflexion Personnelle, Prête-moi ta plume | Pas de commentaires »

.

SPIRALE NATURE

.

À l’école, ils ne t’ont pas parlé…
De la lune et de ses phases,
De la terre et de ses cycles,
Ils ne t’ont pas parlé de la mort
En tant que naissance,
Ils ne t’ont pas parlé de la sexualité
Comme sacrée,
Ils ne t’ont pas parlé du corps
En tant que temple émotionnel.
Ils t’ont dit de t’adapter,
De t’intégrer,
Ils t’ont dit de t’asseoir
Toujours au même endroit,
Ils t’ont dit de te taire
Et d’écouter leur seul point de vue,
D’étudier jusqu’à ce que tu t’écœures.
De sortir une feuille,
Comme une menace !
A l’école, personne n’a jamais évoqué
Le pouvoir de la nature,
Personne n’a jamais expliqué
La puissance de tes pensées,
Personne n’a jamais partagé
Ton lien avec l’Univers.
Avec cette méthode qui nous veut tous pareils,
Nous sommes des loups baptisés des chiens.
Moi, je veux pouvoir hurler à la lune.
Sans qu’on me dise folle,
Je veux embrasser les arbres
Sans qu’on me dise farfelue,
Je veux pouvoir soigner mon Être
Sans qu’on me dise bizarre !
Je n’ai personne à convaincre
Je veux juste partager, transmettre
Et donner…
Je t’offre mon humble connaissance,
Je t’offre ma joie,
Je t’offre mon Amour.
Reste Libre et créatif
Même si ça dérange, reste TOI !
.
~Auteur inconnu
.
P
.
Être soi.
Même si parfois ça fait mal, au moins serons-nous vivants.
Être soi.
Quoiqu’il en coûte.
Parce que ça coûte plus cher encore de ne pas l’être.
Ça coûte une vie, et des millions d’instants à se priver de belles et bouillonnantes choses pour vivre d’insipides moments…
mm
.

Le droit de se choisir…

Posté : 28 mai, 2020 @ 5:17 dans Chemin, Citations & Pensées, Et méditer..., Et si nous parlions de... ?, Prête-moi ta plume | Pas de commentaires »

.

Y ALLER

.

Tu as le droit de quitter n’importe quelle relation dans laquelle tu ne te retrouves pas. Tu as le droit de laisser n’importe quelle histoire dans laquelle tu ne t’aimes pas.
Tu as le droit de quitter une ville qui a affaibli ta lumière au lieu de te rendre plus lumineux, tu as le droit de faire tes bagages et de repartir ailleurs et tu es autorisé à redéfinir le sens de ta vie.
Tu as le droit de quitter le travail que tu détestes même si le monde entier te dit de ne pas le faire et tu as le droit de chercher quelque chose qui te fait attendre demain et jusqu’au reste de ta vie.
Tu as le droit de quitter quelqu’un que tu aimes s’il te traite mal, tu as le le droit de partir quand tu as essayé encore et encore mais que rien n’a changé.
Tu as le droit de laisser partir des amis toxiques, tu as le droit de t’entourer d’amour, et des gens qui t’encouragent et te nourrissent. Tu as le droit de choisir le genre d’énergie dont tu as besoin dans ta vie.
Tu as le droit de te pardonner pour tes plus grandes et plus petites erreurs et tu as le droit d’être gentil avec toi-même, tu as le droit de te regarder dans le miroir et d’apprécier la personne que tu vois.
Tu as le droit de te libérer de tes propres attentes.
Nous avons parfois l’impression de partir comme une mauvaise chose ou de l’associer à abandonner ou abandonner, mais parfois partir est la meilleure chose que l’on puisse faire pour nous-même.
Partir nous permet de changer de direction, de recommencer, de redécouvrir nous-même et le monde. Partir parfois nous évite de rester coincé au mauvais endroit avec les mauvaises personnes.
Le départ ouvre une nouvelle porte pour le changement, la croissance, les opportunités et la rédemption.
Vous avez toujours le choix de partir jusqu’à ce que vous trouviez ce qui donne un sens profond à votre vie et qui vous rend heureux.
Tu as même le droit de laisser le vieux derrière toi et de te réinventer. 
.
Rania Naim
.

« Comme avant » ?…

Posté : 1 mai, 2020 @ 5:58 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Et méditer..., Prête-moi ta plume, Société & Actu. | Pas de commentaires »

.

ENSEMBLE

.

En ce moment, beaucoup de monde aimerait que tout redevienne “comme avant”.
Ce n’est pas mon cas :
Je ne veux plus d’une société qui pille la planète. Je ne veux plus d’une société basée sur l’apparence et qui pille à outrance. Je ne veux plus d’une société où l’individu pense à ses poils ou ses ongles, son “look” en général pendant que d’autres, dont des enfants, ne savent s’ils mangeront ce soir. Je ne veux plus d’une société où, un gars qui tape dans un ballon ou une gonzesse qui tortille du cul sur un podium gagnent des millions alors que nous laissons crever nos agriculteurs, notre système médical, nos “aidants” sociaux. Je ne veux plus d’une culture pour une élite mais de la joie, de la simple joie, de la liberté, de la justice (la vraie), du cœur, pour toutes et pour tous.
Je souhaite du cœur, je souhaite de l’entraide, je souhaite beaucoup de choses dans cette direction : repenser demain et non pas continuer dans les mêmes directions… S’ouvrir à de nouveaux possibles plus durables, plus cohérents et résonnants pour le monde et ses habitants.
Ce qui se passe aujourd’hui est une énorme opportunité : Nous avons aujourd’hui le CHOIX, la LIBERTÉ de repenser notre société. Pour demain, pour nos enfants, ce que nous voulons leur laisser.
Je nous souhaite de la RESPONSABILITÉ, de la LUCIDITÉ, du DISCERNEMENT, et de la CONSCIENCE. 
Découvert sur le net. Auteur inconnu. Puissants échos.
.

Pour toi. Qui te reconnaîtras.

Posté : 16 avril, 2020 @ 7:48 dans Chemin, Citations & Pensées, Et méditer..., Histoires de Coeurs, Pour du mieux, Prête-moi ta plume | 2 commentaires »

.

UN PAS A LA FOIS ME SUFFIT-GANDHI

.

Grand-mère m’avait donné un conseil :

“ Dans les moments difficiles,

Fais ce que tu as à faire, mais petit à petit.

Ne pense pas à l’avenir, même pas à ce qui pourrait arriver demain.

Fais la vaisselle. Enlève la poussière. Écris une lettre. Fais de la soupe.

Tu vois ?

Tu vas de l’avant étape par étape.

Fais un pas et arrête. Repose-toi.

Félicite-toi. Fais un pas de plus. Puis un autre.

Tu ne le remarqueras pas, mais tes pas deviendront de plus en plus grands.

Et viendra le temps où tu pourras penser à l’avenir sans pleurer. ”

Hélène Mikhalko

.

Voeux encore…

Posté : 2 janvier, 2020 @ 7:51 dans Chemin, Citations & Pensées, Prête-moi ta plume, Société & Actu. | 1 commentaire »

.

Capture VOEUX MM-2020

.

Je nous souhaite des jours et des jours d’apprentissage pour nous rappeler que nous ne sommes que de passage.

Que les pas des sages nous montrent des chemins et que nos propres pas sont là pour dessiner notre demain, notre destin mais aussi notre divin.

Je nous souhaite d’énormes leçons, celles qui rempliront nos vies de joies, de larmes et de rires pour nous apprendre, pour nous bénir, pour nous choyer, pour nous comprendre, pour nous recentrer, pour nous cajoler, pour notre santé, pour notre gaieté, pour nous aimer et aussi tout aimer sur nos chemins de vie.

Notre être est une bénédiction qui aime se nourrir de l’entièreté de nos vies.

Sculptons-nous, écrivons-nous, répondons-nous, pardonnons-nous.

Que ces leçons qui rentrent dans nos vies ne finissent jamais pour nous enivrer de nous et nous dire que les larmes purifient et que tous les rires que nous nous donnons ne sont que des pas fortifiés par nos années vécues dans l’ici.

Je nous souhaite de réchauffer le profond de ce que nous sommes qui se nomme : intérieur.

Nous sommes notre propre habitation et tout ce qui s’allume et brille en nous est une douce chaleur pour notre cœur.

Que de s’arrêter pour l’entendre respirer est une façon de l’honorer et de s’honorer.

Je nous souhaite la richesse dans nos rencontres tant, la bienveillance, l’échange et le partage sont puissants pour avancer.

Gardez vos folies, gardez vos envies… soyez juste en vie dans votre vie !

Gardez votre esprit libre, entier et authentique.

Très belle année 2020 à chacun de nous, quoi que nous traversions, n’oublions pas que nous ne faisons que traverser, et souhait que celle-ci puisse parfumer de bonté, de générosité et d’amour…l’extérieur, les alentours… le monde du vivant comme un passant qui passe en lui souriant.

Chris Bauberger

.

Au pied du sapin. Ce livre. Délicieux.

Posté : 27 décembre, 2019 @ 12:30 dans Chemin, Histoires de Coeurs, Prête-moi ta plume, Un livre | Pas de commentaires »

.

Reykjarfjörður, Vestur-Bardastrandarsysla, Iceland

.

 Vatnajökull. Iceland. Glacier. 2001.

 

Iceland. Écrire avec dans l’oreille le grand orchestre de Bamako. La musique africaine et toi immobile au milieu de l’espace avec la terre à la place de la lune. Je suis sur la lune. Sable noir. Dans le ciel. La terre. Culbuté dans l’espace.

Les côtes glacées où la roche et la mer brillent comme si c’était la nuit. Jour éblouissant ce matin en quittant Reykjavik.

Cinq cents kilomètres pour atteindre le camp. Sous le glacier Vatnajökull.

L’Iceland. Immense avec des plaines qui montent jusqu’au ciel et se jettent dans la mer.

Des poissons qui clapotent dans les rigoles, petit torrent, mare sauvage profonde et sombre. La vie. Les écailles qui brillent. Changent de couleur.

Les chevaux sauvages. Ils sont beaux. Des petits chevaux d’Indiens.

Des chevaux punk. Tête à gauche crinière à droite.

Galop dans le vent vers toi. Te voir de près. Caresse. Cuir chaud. Vibrant frissonnant. Odeur animale.

[...]

Une légende icelandaise dit que les hommes qui viennent ici l’hiver ont un chagrin éternel.

Les grandes prairies voient errer certains soirs, leurs âmes comme des lucioles. À travers le vent et le brouillard, à croiser des maisons solitaires, posées sur la terre.

Être au chaud, au volant de la camionnette japonaise. 

Richard Bohringer, L’ultime conviction du désir.

Editions De Noyelles.

§§§§§

Mon livre de Noël. Du Bohringer comme j’aime.

Des émotions en mots. Sans fioritures.

Tout se ressent et s’imagine.

Les images voyagent. Et tout se vit.

Heureux cadeau sous le sapin…

mm

.

12345...11
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR