La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Spiritualité'

Vers la paix intérieure, pour la paix extérieure…

Posté : 6 octobre, 2017 @ 8:41 dans Chemin, Ensemble, Pour du mieux, Société & Actu., Spiritualité, Un livre | Pas de commentaires »

.

BOUDDHA AUTOMNE

.

LE DÉSARMEMENT INTÉRIEUR.

Notre intelligence doit nous aider à accroître la compassion et ne pas être à la disposition de la haine.

Il y a quelque chose que les Bouddhistes appellent méditation analytique.

C’est simplement analyser et calculer la valeur de la colère et de la haine.

La colère et la haine sont censées nuire aux autres, mais en réalité, dès que l’une ou l’autre se développe, elle détruit immédiatement votre sérénité. Et du coup, vous perdez le sommeil et l’appétit, vous digérez mal, et vous finissez par vous affaiblir physiquement.

Le résultat d’une colère et d’une haine permanentes, c’est que la meilleure partie de votre cerveau, celle qui est capable de juger, s’en trouve affaiblie. Si vous êtes diminué mentalement et physiquement, cela donne l’avantage à votre ennemi.

Si vous avez un conflit et que vous êtes constamment en colère contre votre prochain, vous finirez par souffrir, et votre souffrance peut mener votre votre prochain à la « victoire ». Au lieu de cela, il faut rester calme. Si votre prochain est injuste avec vous, il est nécessaire et même approprié de mettre en place une riposte sans haine ni colère. Analysez la situation et prenez une contre-mesure avec un sourire. C’est plus efficace n’est-ce pas ? La haine est inutile, si vous pensez ainsi, vous vous rendrez compte que la haine mérite d’être jetée à la corbeille.

Un peu de colère est tolérable quand vous êtes jeune – tout comme n’importe quel autre animal – pour l’autodéfense immédiate. Mais en tant qu’adulte, vous devez réfléchir très soigneusement ; Quelle est l’utilité de la colère ? De l’autre côté, il y a la compassion. Comme nous sommes des adultes, avec l’aide de notre intelligence, nous pouvons étendre une compassion à l’infini.

Si votre compassion est non biaisée, elle peut atteindre aussi votre ennemi. Une fois que vous êtes capable de ce genre d’attitude mentale, vous pouvez avoir l’esprit serein en permanence. Même quand vous affrontez une situation difficile, vous conserverez votre sérénité. C’est cela le désarmement intérieur. 

Infini comme le ciel - Sur Le Bonheur, La Compassion Et L’amour, extrait.

Sa Sainteté le Dalaï Lama

Editions Michel Laffon

.

Un livre à tiroirs…

Posté : 28 avril, 2017 @ 10:08 dans Chemin, Ensemble, Société & Actu., Spiritualité, Un livre | Pas de commentaires »

.

ZEN

.

Dans un monde acceptable, un monde humain, un monde fait pour l’homme, le moi progressivement baisse sa garde. C’est là une règle simple qu’en construisant notre monde selon nos besoins, et non selon des fascinations abstraites, nous serions sages d’appliquer.

En l’absence d’objet, l’esprit revient naturellement à sa nature de pureté originelle ; lorsque l’esprit ne s’arrête nulle part, alors apparaît le véritable esprit.

Le sans-pensée du Zen, il faut le préciser, n’est pas une suspension de l’esprit dans le vide, une fixation dans le sans-notions. Ce sans-penser est un détachement et un retour à la spontanéité, il est dynamique, on peut le concevoir comme une réintégration dans le Tao, c’est-à-dire le mystérieux courant créatif qui – selon une cosmogonie non pas linéaire et historique, mais circulaire et permanente – anime toute chose.

Les affects et les concepts que nous avions solidifiés pour configurer la notions d’un moi face à un monde, lorsque le monde lui-même devient une absence, un simple cercle, d’eux-mêmes s’atténuent, perdent de leur puissance opérative. Dans la paix qui s’installe, cependant, l’illusion cognitive fondamentale est réduite mais n’est pas automatiquement éradiquée – d’où la difficulté des retours dans le monde des hommes. Sa destruction serait ce que le bouddhisme Zen nomme éveil. 

Antoine Marcel : Zen et connaissance – Vers une écologie spirituelle.

Extrait, annexe II, dernières pages, dernières lignes.

Editions Oxus/Piktos

§§ 

Un ouvrage où le Zen oriental et la connaissance occidentale se font face, se regardent, s’observent, s’expliquent, et… se rejoignent.

En début de lecture il m’a fait l’effet d’une improbable rencontre entre un illustre savant et un ermite philosophe. Puis, au fil des pages, l’esprit de l’ouvrage se dévoile, nous emmenant en un voyage presque cosmique, sur un chemin quasi initiatique.

Un livre à relier entre eux les gens… une belle oeuvre, donc – même si la lecture en est quelque peu parfois ardue… 

             mm

s

De l’impermanence…

Posté : 13 avril, 2017 @ 9:16 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Spiritualité | Pas de commentaires »

,

COQUILLAGE

,

Réfléchissez aux différents aspects de l’impermanence.
Vous constaterez que rien ne dure, que rien n’est stable.

Vos croyances, vos émotions, vos sentiments pour les êtres, les bien acquis, les objectifs fixés pour le futur, tout peut se transformer et s’effondrer en un instant. Tout évolue en permanence, malgré vos désirs et les moyens que vous mettez en place pour vous rassurer – en vous donnant l’illusion de posséder ceux que vous aimez, les objets qui vous entourent, pour vous aider à croire en la pérennité de la vie. Tout est amené à disparaître, y compris vous-même.

Et, au moment ultime, au moment de la mort, vous serez seul. Seul pour faire face à ce passage. Réfléchissez aux différents aspects de l’impermanence sans occulter ce dernier moment afin de vivre pleinement chaque instant comme s’il était le dernier. Dès lors, nombre de vos choix vous paraîtront dérisoires et vous irez à l’essentiel. Ce n’est qu’ainsi que vous apprendrez le détachement et la vraie valeur des êtres, des choses, de ce que vous faites.

Ce que vous faites, dites et pensez, ce que vous donnez, la manière dont vous transformez votre esprit et votre vie, tout ceci participe à induire des renaissances favorables. Personne ne peut affirmer : “Je serai vivant ce soir”. Nous devons nous préparer à la possibilité de mourir, à tout instant. Nous devons nous préparer à ce que ceux et celles que nous aimons meurent à tout instant. Ce n’est qu’ainsi que notre attitude changera.

Ne croyez pas que se préparer à la mort, comme si elle devait survenir à l’instant même, soit inutile. Car même si notre vie se prolonge des années, nous ne sommes jamais suffisamment mûrs pour affronter ce passage. Ce qui n’est pas le cas des êtres éveillés. 

DALAÏ LAMA

∞∞∞∞∞∞∞∞

La sérénité passe par la confiance, la sincérité,

le détachement, la simplicité, l’humilité…

Et elle passe aussi, par la lucidité…

                 mm

,

Pour cheminer encore…

Posté : 3 mars, 2017 @ 5:53 dans Chemin, Spiritualité, Un livre | Pas de commentaires »

.

MATINALE MEDITATION

.

On trouve dans chaque tradition spirituelle des récits d’individus qui se sont éveillés de leur état ordinaire, semblable à un rêve, pour entrer dans le mode d’être sacré. A travers l’initiation, la purification, la prière ou en s’abandonnant largement à la danse de la vie, ils arrivent à connaître ce qui est omniprésent et saint.

Dogen, le fondateur du zen japonais, explique :

L’esprit humain a pour vraie nature la liberté absolue. Des milliers et des milliers d’étudiants ont pratiqué la méditation et accédé à cette réalisation. Ne mettez pas en doute ces possibilités du fait de la simplicité de la méthode. Si vous ne pouvez trouver la vérité là où vous êtes, où donc pensez-vous la trouver ?

Aussi sûrement que chacun de nous connaît son propre prénom, une partie de nous-même connaît l’éternité. Ce peut être oublié ou recouvert, mais c’est là. Comme Nachiteka, nous avons seulement à solliciter la vérité et nous apprendrons qu’elle se trouve dans un miroir. Mon maître Ajahn Chah appelait ce centre de sagesse à l’intérieur de nous : Celui qui sait. 

Jack Kornfield – Après l’extase, la lessive.

Deuxième partie : Les portes de l’éveil, extrait

Editions La Table Ronde & Pocket

****************

J’aime beaucoup cet ouvrage qui me fut offert lors d’une joyeuse occasion,

ce livre qui ce jour-là est venu me dire : continue, ce n’est pas fini…

                          mm

.

Précieuses mémoires…

Posté : 25 novembre, 2016 @ 9:46 dans Chemin, Spiritualité, Un livre | Pas de commentaires »

.

POUR ATTRAPER LES REVES

.

Jeune, tout en courant, regarde le sommet de la montagne.

Tiens ton regard fixé sur cette montagne, et tu sentiras les distances fondre sous tes pieds. Fais cela et alors tu auras la sensation de pouvoir bondir par-dessus les buissons, les arbres et même par-dessus les rivières.

Quel que soit le défi de la vie auquel tu dois faire face, souviens-toi de toujours regarder en direction du sommet de la montagne, car en agissant ainsi tu contemples la grandeur.

Souviens-toi de cela, et ne laisse aucun problème, si grand semble-t-il, te décourager ; ne laisse rien de moins que le sommet de la montagne te distraire.

Voici la pensée que je voulais te léguer…

Et dans cet incertain temps à venir, où nous serons réunis, ce sera sur le sommet de la montagne. 

Tradition orale – Tewa

Mémoires Amérindiennes, marcher dans la beauté, extrait.

Séquoïa Editions

.

Lâcher prise et confiance…

Posté : 8 octobre, 2016 @ 8:19 dans Chemin, Citations & Pensées, Méditation & Réflexion Personnelle, Spiritualité | Pas de commentaires »

.

ON Y VA

.

L’Image du mercredi.

Posté : 13 juillet, 2016 @ 6:02 dans Chemin, Images, Spiritualité | Pas de commentaires »

.

BOUDDHA CHAT

.

 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR