La vie est trop courte pour être petite…

Bienvenue dans ma roulotte

Archive pour la catégorie 'Un livre'

Intensité.

Posté : 17 novembre, 2017 @ 6:46 dans Chemin, Citations & Pensées, Un livre | Pas de commentaires »

.

INTENSITE

.

L’homme. Et « sa » planète.

Posté : 10 novembre, 2017 @ 11:07 dans Chemin, Histoires de Coeurs, Méditation & Réflexion Personnelle, Un livre | Pas de commentaires »

.

CAPTEUR DE REVES

.

Le Lakota était empli de compassion et d’amour pour la nature.

Il aimait la terre et toutes les choses de la terre, et son attachement grandissait avec l’âge. Les vieillards étaient – littéralement – épris du sol et ne s’asseyaient ni ne se reposaient à même la terre sans le sentiment de s’approcher des forces maternelles. La terre était douce sous la peau et ils aimaient à ôter leurs mocassins et à marcher pieds nus sur la terre sacrée. Leurs tipis s’élevaient sur cette terre dont leurs autels étaient faits. L’oiseau qui volait dans les airs venait s’y reposer et la terre portait, sans défaillance, tout ce qui vivait et poussait. Le sol apaisait, fortifiait, lavait et guérissait.

C’est pourquoi les vieux indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S’asseoir ou s’allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement ; ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et ils se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient…

Ces relations qu’ils entretenaient avec tous les êtres sur la terre, dans le ciel, ou au fond des rivières étaient un des traits de leur existence. Ils avaient un sentiment de fraternité envers le monde des oiseaux et des animaux qui leur gardaient leur confiance. La familiarité était si étroite entre certains Lakotas et leurs amis à plumes ou à fourrure que, tels des frères, ils parlaient le même langage.

Le vieux Lakota était un sage.

Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur.

Il savait que l’oubli du respect dû à ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme.

Aussi maintenait-il les jeunes gens sous la douce influence de la nature.

Chef Luther Standing Bear 

Pieds nus sur la terre sacrée – extrait, page 14.

Textes rassemblés par T.C. Mc Luhan – photos de Edwards S. Curtis

Editions Denoël

§§§§§§§§

Un ouvrage-rencontre, un ouvrage-hasard, un ouvrage-trésor, qui m’a été offert il y a bien des années.

Un ouvrage qui n’a pas pris une ride, qui nous dit aujourd’hui, plus que jamais, ce que nous devrions entendre…

             mm

.

Plaidoyer. Pour l’humanité.

Posté : 3 novembre, 2017 @ 10:42 dans Chemin, Un livre | Pas de commentaires »

“.

PLAIDOYER

.

Pas un luxe… 

.

LE livre, sur la gratitude…

Posté : 27 octobre, 2017 @ 9:55 dans Chemin, Et méditer..., Gratitude, Pour du mieux, Un livre | Pas de commentaires »

.

GRATITUDE BOOK

.

La merveille qui bourdonne dans mon âme. 

D. H. Lawrence

S’émerveiller

Les enfants sont nos plus grands maîtres en la matière. S’émerveiller est naturel, et nous le perdons de vue à mesure que nous devenons insensibles aux choses.

Puisque s’émerveiller c’est se laisser surprendre par la vie, et que la gratitude naît de l’émerveillement, pour pratiquer la reconnaissance, on doit se laisser surprendre par un superbe coucher de soleil, une délicieuses friction du dos, un coup de téléphone inattendu ou la gentillesse d’un inconnu.

Seulement voilà, adulte, on est blasé; ce n’est qu’un beau coucher de soleil, un excellent dîner, ou un cadeau d’anniversaire de plus.

Pourtant, on peut retrouver notre sens de l’émerveillement à tout moment. Il suffit de s’ouvrir et de laisser le monde nous imprégner. Essayez une minute.

Ecoutez d’abord les sons, les parfums, qui nous parviennent : un oiseau, par exemple. N’est-ce pas merveilleux que les oiseaux puissent voler ? Quel genre de parfum flotte dans l’air ? Du jasmin. N’est-il pas étonnant que tant de fleurs aient des parfums si délicieux, et différents ?

Maintenant, passez à la vue. Soyez vraiment attentif à ce qui vous environne ; les veines du bois de la porte, les lettres à l’encre noire sur le papier blanc, les bananes d’un jaune brillant dans la coupe à fruits. N’est-ce pas merveilleux de voir ? Il est fascinant de se demander si tout le monde voit le jaune de la même manière. Étonnant d’avoir des bananes alors qu’elles poussent à des milliers de kilomètres…

On peut s’émerveiller à tout moment si l’on prend le temps de poser un regard neuf sur le monde environnant.

Lorsque l’on est émerveillé, on éprouve naturellement de la gratitude, pour les choses les plus ordinaires, comme pour les choses les plus extraordinaires de la vie. 

§§§§§

La Gratitude, un état d’être.

M. J. Ryan

Chapitre : S’émerveiller – pages 136-137 – extrait.

Editions VEGA

.

A transposer…

Posté : 20 octobre, 2017 @ 1:20 dans Chemin, Contes & Légendes & Allégories, Un livre | Pas de commentaires »

.

LIVRE ZEN

.

Le Moi n’est qu’un mot.

Proverbe Zen

.

Il était une fois un serpent boa qui vivait en état de guerre civile. Sa tête et sa queue ne s’entendaient pas.

- Pourquoi, s’écriait la queue, suis-je toujours derrière, et toi toujours devant ? Pourquoi décides-tu seule du chemin que nous suivons ?

La tête méprisait ces jérémiades et ne répondait pas.

Un jour, aux environs de midi, elle aperçut une appétissante grenouille. Elle voulut la saisir d’un mouvement vif. Mais la queue s’était solidement enroulée autour d’un arbre, et la grenouille, à un souffle près, s’échappa.

- Es-tu devenue folle ? gronda la tête.

- Je ne bougerai pas tant que tu ne reconnaîtras pas mes droits égaux et que je ne pourrai à mon tour avancer la première et choisir le chemin !

Pendant trois jours, on palabra. Beaucoup d’insultes et d’arguments furent échangés, que par bienséance je ne rapporterai pas.

Bref, au bout du compte, la tête céda. La queue se désenroula, et, toute joyeuse partit à la découverte.

Hélas, elle n’avait pas d’yeux et, dans le premier ravin qu’elle rencontra, elle tomba, entraînant la tête. Toutes deux périrent en contrebas. 

Humour Zen, extrait – pages 168-169

Henri Brunel

Editions Calmann-Lévy

§§§

Un livre… et quelques balises.

Posté : 13 octobre, 2017 @ 10:21 dans Chemin, Et méditer..., Pour du mieux, Un livre | Pas de commentaires »

.

LIVRE BALISE

.

Concentrez-vous sur ce que vous voulez accomplir et laissez croître dans votre esprit.

Demandez aide et encouragement à votre âme. 

Laissez les résultats prendre tournure.

Agir lorsque vous avez l’esprit clair. 

Ne pas agir lorsque vous êtes en proie au doute.

Ne pas semer la confusion, croire à votre objectif. 

Ne pas agir sous l’emprise de la colère, de l’anxiété ou d’autres pulsions négatives.

S’attendre au mieux.

Accepter chaque résultat comme le meilleur que vous puissiez obtenir pour l’instant.

Ne pas se croire responsable des revers et des obstacles.

Ne pas se replier sur soi-même lorsque quelque chose ne va pas.

Tirer une leçon de chaque échec.

Ne pas rejeter la faute sur les autres.

S’attendre à tous les résultats possibles.

Tirer un trait sur le passé, croire en un meilleur avenir.

N’acceptez passivement aucun mauvais résultat.

Changez en vous ce qui doit l’être.

Ne pas contrôler la situation, ne pas forcer les choses.

Ne pas fantasmer, essayer d’être aussi présent que possible, sans être distant.

Sentez vous en sécurité et centré à l’intérieur de vous.

Cherchez autour de vous des indices montrant que vous êtes sur la bonne voie.

Soyez responsable de votre vie. 

§§§§§

Deepak Chopra

Cheminer vers la sagesse, extrait.

Editions Albin Michel

§

Vers la paix intérieure, pour la paix extérieure…

Posté : 6 octobre, 2017 @ 8:41 dans Chemin, Ensemble, Pour du mieux, Société & Actu., Spiritualité, Un livre | Pas de commentaires »

.

BOUDDHA AUTOMNE

.

LE DÉSARMEMENT INTÉRIEUR.

Notre intelligence doit nous aider à accroître la compassion et ne pas être à la disposition de la haine.

Il y a quelque chose que les Bouddhistes appellent méditation analytique.

C’est simplement analyser et calculer la valeur de la colère et de la haine.

La colère et la haine sont censées nuire aux autres, mais en réalité, dès que l’une ou l’autre se développe, elle détruit immédiatement votre sérénité. Et du coup, vous perdez le sommeil et l’appétit, vous digérez mal, et vous finissez par vous affaiblir physiquement.

Le résultat d’une colère et d’une haine permanentes, c’est que la meilleure partie de votre cerveau, celle qui est capable de juger, s’en trouve affaiblie. Si vous êtes diminué mentalement et physiquement, cela donne l’avantage à votre ennemi.

Si vous avez un conflit et que vous êtes constamment en colère contre votre prochain, vous finirez par souffrir, et votre souffrance peut mener votre votre prochain à la « victoire ». Au lieu de cela, il faut rester calme. Si votre prochain est injuste avec vous, il est nécessaire et même approprié de mettre en place une riposte sans haine ni colère. Analysez la situation et prenez une contre-mesure avec un sourire. C’est plus efficace n’est-ce pas ? La haine est inutile, si vous pensez ainsi, vous vous rendrez compte que la haine mérite d’être jetée à la corbeille.

Un peu de colère est tolérable quand vous êtes jeune – tout comme n’importe quel autre animal – pour l’autodéfense immédiate. Mais en tant qu’adulte, vous devez réfléchir très soigneusement ; Quelle est l’utilité de la colère ? De l’autre côté, il y a la compassion. Comme nous sommes des adultes, avec l’aide de notre intelligence, nous pouvons étendre une compassion à l’infini.

Si votre compassion est non biaisée, elle peut atteindre aussi votre ennemi. Une fois que vous êtes capable de ce genre d’attitude mentale, vous pouvez avoir l’esprit serein en permanence. Même quand vous affrontez une situation difficile, vous conserverez votre sérénité. C’est cela le désarmement intérieur. 

Infini comme le ciel - Sur Le Bonheur, La Compassion Et L’amour, extrait.

Sa Sainteté le Dalaï Lama

Editions Michel Laffon

.

Parmi mes poètes préférés…

Posté : 29 septembre, 2017 @ 10:07 dans Chemin, Citations & Pensées, Poésie, Un livre | Pas de commentaires »

.

REUSSIR SA VIE

.

 

Lire quelques mots et… s’y reconnaître !

Posté : 22 septembre, 2017 @ 11:16 dans Chemin, Citations & Pensées, Un livre | Pas de commentaires »

.

IMMUNISE

.

Parentèle…

Posté : 15 septembre, 2017 @ 8:00 dans Chemin, Citations & Pensées, Ensemble, Un livre | Pas de commentaires »

.

PARENTELE

.

123456
 

annes38 |
écrivaillon |
Fondation Cercle de Fès . |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discours sur le colonialisme
| marielle6
| AVANT de PARTIR